Affaire des «écoutes» : Nicole Belloubet demande un rapport sur les investigations du PNF – Le Figaro

Spread the love

Selon Le Point, le Parquet financier a tenté d’identifier une «taupe» éventuelle qui aurait informé Nicolas Sarkozy et son avocat.

Par Le Figaro avec AFP

La ministre de la Justice Nicole Belloubet.
La ministre de la Justice Nicole Belloubet. BENOIT TESSIER / REUTERS

La ministre de la Justice Nicole Belloubet a demandé vendredi 26 juin à la procureure générale de Paris «un rapport circonstancié sur la nature précise» de l’enquête du parquet national financier (PNF), qui visait selon Le Point à identifier une taupe dans l’affaire dite des «écoutes».

Le rapport portera «notamment sur les modalités des réquisitions effectuées, leur étendue et leur durée», indique la ministre de la Justice dans un communiqué. Nicole Belloubet se dit «consciente de l’émoi suscité dans la communauté judiciaire», par ces investigations qui ont conduit à éplucher les factures téléphoniques détaillées («fadettes») de nombreux ténors du barreau.

L’ancien président Nicolas Sarkozy a demandé jeudi «toute la vérité» sur l’«invraisemblable accumulation de manquements et de dysfonctionnements», après la révélation par Le Point de l’ampleur des investigations – parmi lesquelles l’obtention de factures téléphoniques détaillées de ténors du barreau – menées par le PNF pour identifier, en vain, une «taupe».

Selon l’hebdomadaire, le PNF a enquêté en vain, entre 2014 et 2019 et notamment via des investigations en catimini sur des ténors du barreau de Paris, pour identifier la «taupe» éventuelle qui aurait informé Nicolas Sarkozy et son avocat Me Thierry Herzog de l’existence d’écoutes les visant. L’existence de cette enquête, parallèle aux investigations dans l’affaire dite des «écoutes», était connue et dénoncée de longue date par la défense de l’ancien président et de son conseil, mais pas son contenu ni l’ampleur de la surveillance de tous ces avocats.

Selon Le Point, les factures téléphoniques détaillées de nombreux ténors du barreaux et de leurs collaborateurs ont été épluchées, ainsi que celle d’une magistrate ou des lignes fixes du PNF. Certains avocats ont même été géolocalisés. Il a fallu presque six ans pour que cette procédure, sans résultat, soit classée sans suite fin 2019.

» À VOIR AUSSI – Sarkozy sur écoute : comprendre l’affaire en 2 minutes

Leave a Reply