A 22 ans et non prioritaire, comment je me suis fait vacciner sans problème contre le Covid-19 au Groupama Stadium – Lyon Mag

Spread the love

Midi, des rumeurs circulaient sur les réseaux sociaux : il serait possible de se faire administrer une dose de Moderna au vaccinodrome de Décines sans prendre rendez-vous. Mieux, les agents administratifs laisseraient toutes les personnes qui le souhaitent accéder aux boxes d’injection. Selon une source membre du personnel soignant du stade, le nombre de doses reçues pour la durée de la campagne de vaccination (samedi-dimanche-lundi) est tellement conséquent qu’on craint un gaspillage massif du précieux sérum. C’est de là que seraient partis les bruits de couloir : “venez vous faire vacciner !”
Quoi de mieux que d’essayer pour vérifier ? En passant par Doctolib, après plusieurs rafraichissements de page, des créneaux horaires apparaissent. Le rendez-vous est donc pris pour 17h dimanche.
Direction le “formidable outil” de Jean-Michel Aulas, tout en doutant fortement d’avoir la chance de recevoir une dose. D’autant que l’Olympique Lyonnais a communiqué officiellement dans la journée que les fameuses rumeurs étaient infondées et qu’il fallait bien être prioritaire pour venir au centre administré par le SDMIS.

Arrivé sur place, on a vraiment l’impression d’aller voir un match : la moyenne d’âge des patients tourne autour des 40 ans. Certains, comme moi, ont réussi à prendre un rendez-vous et ont accès à un coupe-file. “C’est comme à Disneyland”, s’amuse-t-on dans la queue. Pour les autres, l’attente est estimée à quatre heures.
Me voilà donc dans la grande salle d’attente. Nous sommes collés les uns aux autres, le respect de la distanciation sociale n’est pas la priorité. Je discute avec un autre patient. Il est infirmier psychiatrique. Il m’indique que son employeur lui a demandé d’emmener avec lui un bulletin de salaire pour prouver sa priorité. Je me dis donc que l’agent d’accueil administratif me demandera à moi aussi une preuve et que je serais alors logiquement refoulé.
Il n’en fut rien : un simple papier à remplir sans rien à justifier et direction les boxes. Sur le chemin, une infirmière me confirme que la vaccination est, de manière non officielle, ouverte à tous. Un pompier s’occupe de moi, me voilà vacciné.
 

A la sortie, j’ai le droit à un autre rendez-vous pour confirmer la date de ma deuxième dose. Il faudra que je retourne au Groupama Stadium le 3 mai prochain. L’agent de sortie assume le fait de “vacciner toutes les personnes qui le souhaitent pour éviter de perdre des doses”.
Comme des centaines de personnes, je me suis donc fait administrer une dose de Moderna en étant loin d’être prioritaire, alors que des milliers de Français légitimes peinent à trouver un rendez-vous.

Cas de conscience ou pas, il était bien possible de se faire vacciner au Groupama Stadium en ce dimanche de Pâques, en dépit des consignes gouvernementales.

L.M.

Leave a Reply