Une vaccination « pas obligatoire » mais un isolement peut-être plus contraignant : la stratégie sanitaire du gouvernement – Le Monde

Spread the love

Jamais encore l’exécutif ne s’était exprimé aussi clairement sur le sujet. « Je ne rendrai pas la vaccination obligatoire », a déclaré Emmanuel Macron lors de son allocution, mardi 24 novembre. Dans ses recommandations intermédiaires publiées le 9 novembre, la Haute Autorité de santé considérait qu’une obligation serait « inopportune » au début de la campagne de vaccination, dans la mesure où les connaissances sur les vaccins contre le Covid-19 ne seraient pas assez étendues, et le nombre de doses sans doute insuffisant.

Lire les annonces : restrictions des déplacements assouplies, réouverture des petits commerces

A ce jour, la commission européenne a signé des accords avec six laboratoires dont Moderna, Pfizer/BioNTech et AstraZeneca pour un total d’1,9 milliard de doses. Environ 295 millions devraient être distribuées en France. « Les premiers vaccins, sous réserve des résultats des essais cliniques, pourront être administrés dès la validation des autorités sanitaires compétentes », a précisé M. Macron, soit fin décembre ou début janvier.

Regardez l’infographie : les étapes de la sortie du confinement

Vacciner les personnes les plus fragiles

Alors que dans son avis du 9 juillet, le conseil scientifique estimait que les populations à vacciner « en toute première priorité » étaient les populations à risque d’exposition professionnelle (dont les personnels de santé), le président a indiqué que « nous commencerons vraisemblablement (…) par vacciner les personnes les plus fragiles et donc les plus âgées ». Le suivi de la vaccination, qui devra se faire « au plus près des personnes », sera assuré par un « comité scientifique » dont la nature n’a pas été précisée.

Sans plus de précisions, il a également indiqué la création d’un « collectif de citoyens » qui devrait permettre d’« associer plus largement la population ». Cette annonce fait écho aux suggestions du conseil scientifique, qui depuis le printemps, appelle de ses vœux la création d’une instance citoyenne où débattre de la politique sanitaire. Ce collectif pourrait contribuer à construire l’adhésion de la population à la campagne de vaccination.

Lire le décryptage : Essais cliniques, production, acheminement… Les six défis de la course au vaccin contre le Covid-19

Avec une diminution conjointe du nombre de nouveaux cas de Covid-19, des hospitalisations et des nouvelles admissions en réanimation, il faut désormais considérer que le pic de la deuxième vague a été franchi en France, même si la situation reste tendue dans certaines régions, notamment en Auvergne-Rhône-Alpes, en Bourgogne-Franche-Comté et en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Lors de la dernière allocation du président, le 28 octobre, on enregistrait 60 000 nouveaux cas de Covid-19 confirmés par jour. La semaine dernière, selon le bulletin épidémiologique publié jeudi par Santé publique France, on n’en comptait plus que 20 000. Lors du pic de la deuxième vague, le 16 novembre, quelque 33 500 personnes atteintes du Covid-19 étaient hospitalisées, dont 4 900 en services de réanimation ; elles ne sont plus que 4 300 aujourd’hui. Une lente décrue s’est ainsi amorcée qui permet d’envisager un relâchement des contraintes imposées depuis octobre.

Il vous reste 45.45% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Leave a Reply