Pyrénées-Atlantiques : Dans sa dernière vidéo, L214 montre « l’horreur » dans un élevage de canards reproducteurs pour la filière foie gras – 20 Minutes

Spread the love
Pyrénées-Atlantiques : Dans sa dernière vidéo, L214 montre «l’horreur» dans un élevage de canards reproducteurs pour la filière foie gras — 20 Minutes

Cadavres de canards en décomposition gisant à côté d’autres vivants, animaux blessés, sol couvert de déjections, présence de rats et d’asticots : ces images ont été filmées par l’association L214 dans un élevage de canards mâles utilisés pour la reproduction dans la filière foie gras, situé à Lichos, dans les Pyrénées-Atlantiques.

Le pire élevage depuis les débuts de L214

Les photos et vidéos mises en ligne sur le site de L214 ont été prises au début du mois d’août, après signalement d’un « lanceur d’alerte ». Elles dépeignent « le pire élevage que nous ayons eu l’occasion de voir depuis les débuts de L214 » il y a quinze ans, a affirmé Sébastien Arsac, directeur des enquêtes de l’association.

L214 dénonce des risques sanitaires élevés, une « cruauté » envers les animaux et des atteintes à l’environnement, en raison des risques encourus par le Saison, un proche cours d’eau, à cause des déjections s’écoulant du bâtiment.

Une plainte, notamment pour cruauté envers les animaux

L’association demande la fermeture de l’élevage « de toute urgence ». Elle espère a minima « une interdiction d’exercer une activité d’élevage » à l’encontre des responsables. Une plainte a été déposée mercredi par l’avocate de L214 au tribunal de Pau pour « cruauté envers animaux », « abandon », et « atteinte à l’environnement ».

Après le scandale provoqué par les images de milliers de canetons jetés vivant à la poubelle dans une exploitation en Dordogne, L214 va demander au ministère de l’Agriculture « un audit de l’ensemble des élevages de canards reproducteurs et couvoirs de la filière foie gras »

Mise en demeure de l’exploitation par le ministère

Le ministère de l’Agriculture, a fait savoir dans un communiqué que «dès le 20 août au matin, un vétérinaire sera sur site afin d’examiner dans le détail l’état des animaux et prendre les mesures de sauvegarde nécessaires. Le ministre a demandé à la préfecture une mise en demeure de l’exploitation, qui pourra aboutir à une suspension d’activité». 

Après avoir appris l’existence de la vidéo, les services de la préfecture qui se sont rendus sur place mercredi après-midi «ont pu confirmer certains des manquements à la réglementation en vigueur», indique le communiqué.

Contacté par 20 Minutes avant publication, le responsable du site a déclaré qu’il souhaitait d’abord examiner ces images avant de les commenter. Egalement jointe par 20 Minutes, la Direction départementale de la Protection des Populations des Pyrénées-Atlantiques a fait savoir qu’elle reviendrait vers nous rapidement mais n’avait pas donné de réponse le 20 août à 8 heures.

1,4K partages

Leave a Reply