Pourquoi les USA veulent faire interdire les cigarettes électroniques aromatisées

Spread the love

Fin juillet, l’Organisation mondiale de la santé a prévenu : elle déconseille très fortement l’usage de la cigarette électronique pour tenter d’arrêter de fumer. Il faut dire que les risques de ce type d’usage pour la santé sont encore largement méconnus. Mais certains chercheurs évoquent tout de même des risques cardiovasculaires ou encore certaines maladies pulmonaires pouvant entraîner la mort.

San Francisco interdit déjà la vente et l’usage des cigarettes électroniques

Ces dangers semblent avoir décidé l’administration Trump à agir. Le gouvernement américain vient en effet d’annoncer son intention d’interdire la vente de cigarettes électroniques aromatisées dans les prochaines semaines. Concrètement, la Food and Drug Administration (FDA) doit encore approuver et finaliser ce processus, puis trente jours seront ensuite nécessaires pour que l’interdiction soit effective.

« Personne n’en sait trop sur ce sujet, mais ils savent que cela cause beaucoup de problèmes. Les gens pensent que c’est une alternative à la cigarette, mais il se trouve qu’elle a ses propres désagréments », a de son côté commenté Donald Trump.

Le gouvernement américain se justifie également en invoquant la question des mineurs. Il y aurait ainsi aux États-Unis près de cinq millions d’enfants utilisant des cigarettes électroniques et ces derniers seraient particulièrement friands des modèles aromatisés. On évoque le chiffre d’un lycéen américain sur quatre adepte du vapotage, une statistique inquiétante et qui a sûrement décidé le président américain.

Certaines collectivités publiques américaines n’ont d’ailleurs pas attendu la décision du gouvernement pour agir. Le 3 septembre dernier, le Michigan est ainsi devenu le premier état à interdire les cigarettes électroniques aromatisées. La ville de San Francisco interdit de son côté la vente et l’usage des e-cigarettes.

D’autres pays ont eux aussi décidé de légiférer. La Suisse et l’Australie interdisent par exemple le vapotage avec nicotine. Les conséquences de l’usage de la cigarette électronique obligent donc les pouvoirs publics à réagir, chacun à leur manière, pour s’adapter à ces pratiques de consommation.

Leave a Reply