Pass sanitaire, autotest, jauge… voici les conditions de réouverture des boîtes de nuit – Le Parisien

Spread the love

Les patrons des boîtes de nuit touchent presque au but. La réouverture des discothèques est désormais une question de jours. Alors que la date du 2 juillet circule, sans être confirmée par le gouvernement, les représentants de la profession espèrent que les établissements pourront accueillir leurs premiers clubbeurs dès le 30 juin « pour ne pas démarrer par un week-end, mais en milieu de semaine afin de se remettre en selle », appuie Thierry Fontaine, président de la branche nuit de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (Umih). Une réunion décisive est prévue le 21 juin avec Emmanuel Macron.

Autotest réalisé sur place

Dans quelles conditions aura lieu cette réouverture ? Selon ce projet de protocole sanitaire en discussion, qui s’appliquerait jusqu’au 31 août et que nous avons pu consulter, le pass sanitaire serait le sésame pour entrer en boîte de nuit (deux doses de vaccin ou un test virologique négatif dans les 48 heures précédentes). Une alternative existerait : un autotest salivaire négatif réalisé sur place sous le contrôle du personnel de l’établissement.

Qui les financerait ? Les professionnels souhaiteraient récupérer des stocks d’autotest inutilisés par l’Éducation nationale. À défaut, ils souhaitent le concours de l’État car, explique Thierry Fontaine, « nous payons bien les tests des touristes étrangers, pourquoi les pouvoirs publics ne pourraient pas financer les autotests pour notre jeunesse ? »

VIDÉO. « J’ai travaillé dans une banque, mon métier c’est DJ » : la nuit raconte son année noire

Si les conditions d’accès à l’établissement sont communes pour cet été, les jauges proposées diffèrent. En juillet, le protocole prévoit une jauge à 65 % de la capacité maximale en intérieur et à 85 % en extérieur. Avec respectivement une limite de 1 000 et 3 000 personnes présentes simultanément. En août, la jauge passerait à 85 % en intérieur et il n’y aurait plus de limite en extérieur. Les plafonds seraient portés à 1 500 et 3 000. Par ailleurs, les consommations se feront assises, même au comptoir et par table de six maximum.

Le masque obligatoire sur la piste de danse ?

Les systèmes de renouvellement de l’air et de désenfumage devront être mis en marche « de façon continue et maximale » pour limiter les contaminations. Si « les clients doivent porter obligatoirement un masque pour leurs déplacements à l’intérieur de l’établissement et pour les commandes », précise le projet de protocole sanitaire, la question demeure pour la piste de danse, les professionnels du secteur souhaitant que cet espace soit préservé. « Nous en sommes à des ajustements, des points de détails qui ne freineront pas la réouverture au 30 juin », tempère Jérôme Guilbert, président de la branche discothèques du Groupement national des Indépendants.

C’est donc le bout du tunnel pour les désormais 1 400 discothèques françaises, quelque 200 ayant déposé le bilan depuis le début de la crise. Les représentants du secteur préviennent d’ailleurs que « 25 % des établissements encore en vie ne pourront pas répondre au protocole ». Ou ne rouvriront pas par manque de personnel, ou alors parce que le seuil de rentabilité sera inatteignable dans ces conditions.

Leave a Reply