Les mensonges de Blanquer montent d’un écran – Libération

Spread the love
Billet

Article réservé aux abonnés

Pris en flagrant délit de mensonge après avoir affirmé que les bénéficiaires de l’allocation de rentrée scolaire claquaient l’argent dans des «écrans plats», le ministre de l’Education a préféré s’embourber plutôt que de reconnaître une maladresse. Un comble pour un gouvernement qui affirmait vouloir lutter contre la désinformation.

Il se dégage décidément de ce gouvernement un fumet assez sarkozien quant au rapport à la vérité. Après Gérald Darmanin vantant le ressenti du boucher charcutier de Tourcoing plutôt que les chiffres de l’Insee sur la délinquance, voici Jean-Michel Blanquer et les écrans plats. Dimanche, au détour d’une question posée sur l’utilisation de l’allocation de rentrée scolaire, le ministre de l’Education a eu cette phrase : «On sait bien, si l’on regarde les choses en face, qu’il y a parfois des achats d’écrans plats plus importants au mois de septembre qu’à d’autres moments.» Traduisons-le : les bénéficiaires de l’allocation crament l’argent de la rentrée scolaire au rayon hi-fi du supermarché plutôt que d’acheter des cahiers et des chaussures. Ça fait dix ans que la droite, rituellement, sert à chaque rentrée cette ritournelle antipauvre. Le seul usage des mots «écran plat» dit d’ailleurs qu’elle a cent ans d’âge. Elle date de l’époque où l’«écran plat» était cet objet dernier cri par rapport au tube cathodique (lequel a disparu depuis belle lurette). Ce marronnier mille fois entendu a été mille fois infirmé.

La sortie du ministre a déclenché une salve d’articles de fact-checking

Leave a Reply