Législatives 2022 : que risquent les candidats socialistes dissidents après l’accord avec la France insoumise – franceinfo

Après l’accord entre la France insoumise et le Parti socialiste, entériné ce jeudi soir par le conseil national du PS avec 62% de votes favorables, la question des candidatures socialistes dissidentes se posent.

>> Suivez l’actualité des élections législatives dans notre direct

L’accord a été validé par 167 membres du conseil national tandis que 101 ont voté contre et 24 se sont abstenus. Les socialistes sont donc divisés et des figures du parti ont d’ores et déjà annoncé qu’elles soutiendront les candidatures de candidats socialistes dissidents.

Avant même que l’accord soit voté, le coordinateur national de La France insoumise, Adrien Quatennens, avait ainsi déjà affirmé que “chaque formation sera engagée” à exclure de potentiels dissidents. “On ne peut pas tolérer qu’on passe un accord sur une répartition et qu’il y ait des dissidences, avait-il plaidé. Mais je pense qu’on peut faire confiance et, qu’en sincérité, on se hisse à la hauteur du moment.”

Mitterrand, c’était ça la radicalité, et pourtant nous l’avons fait“, s’est exclamé Olivier Faure, jeudi soir après le vote du conseil national du PS, avant de déclarer qu’il fallait arrêter d’avoir “la gauche la plus bête du monde“. Réponse de la maire de Vaulx-en-Velin Hélène Geoffroy, cheffe du courant minoritaire, qui s’est insurgée: “L’accord que vous avez négocié demande de nous excuser, de faire repentance, de nier une partie de notre histoire“. 

Une ligne de dissidence portée également, par exemple, par la présidente de la région Occitanie Carole Delga, qui souhaite soutenir six candidats PS dans son territoire, même face à des candidatures “insoumises”, écologistes ou communistes. C’est le cas aussi du maire du Mans et ancien ministre de l’Agriculture de François Hollande Stéphane Le Foll, qui s’est dit prêt, mercredi 5 mai sur France 2, à “conduire la campagne” pour les législatives des dissidents du PS. 

>> Législatives : comment la stratégie d’union à gauche change la donne, circonscription par circonscription

Cependant, la direction du Parti socialiste est très claire : chaque candidat socialiste dissident qui se présentera face à un candidat de la Nouvelle Union populaire, démocrate et sociale (Nupes), sera exclu du parti.

Un bras de fer interne va donc se poursuivre dans les prochains jours en la direction et Carole Delga. La direction souhaite, en revanche, lancer dès ce vendredi 6 mai, leur campagne dans les 70 circonscriptions obtenues dans le cadre de cet accord. Une trentaine sont jugées “gagnables”. Mais les circonscriptions de trois sortants ont été sacrifiées : celle de David Habib dans les Pyrénées-Atlantiques, Christian Hutin dans le Nord (qui ne souhaitait pas se représenter) et Michèle Victory dans l’Ardèche. Auxquelles s’ajoute la 1ère circonscription dans la Loire de Régis Juanico (Générations), que le PS pensait récupérer.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *