C’est à Hawaii, dans le centre de l’Observatoire astronomique national du Japon, que le télescope Subaru a pu en arriver aux conclusions suivantes : Jupiter n’est finalement pas la planète possédant le plus de satellites naturels. La part belle revient à Saturne, autour de laquelle l’Observatoire vient de recenser pas moins de 20 autres « lunes », encore inconnues à ce jour, gravitant autour de la seconde plus grosse planète de notre Système solaire.

Avec désormais 82 astres, Saturne a donc coiffé Jupiter, alors que les experts avaient toujours vu en la géante gazeuse un cas d’école des plus intéressant pour étudier les satellites naturels.

20 lunes autour de Saturne découvertes, et mystérieuses

« Pousse-toi Jupiter, Saturne est le nouveau roi des lunes », pouvait-on lire dans le communiqué de presse envoyé par la Carnegie Institution de Washington, à l’origine de ces observations. Un ton léger pour parler en réalité d’une remise en question d’une réalité scientifique, qui n’avait jamais été contestée auparavant. Mais alors, comment se fait-il que la science n’eût jamais pu prendre connaissance de ces différents astres gravitants autour de Saturne ?

Saturne lunes decouverte

© NASA/JPL-Caltech/Space Science Institute

La photo d’illustration qui nous parvient est suffisamment révélatrice : les nouveaux corps célestes observés sont très loin de la surface de Saturne, permettant de caractériser leur orbite en une orbite haute. De la même manière, ces différentes lunes sont loin de posséder le même historique. Il suffit de regarder leur sens de gravitation pour s’apercevoir d’un fait intriguant : une seule possède une révolution « prograde », autrement dit dans le sens de rotation de Saturne. 17 des autres lunes se trouvent à la même distance, mais effectuent des orbites rétrogrades, en opposition avec le sens de rotation de Saturne. Enfin, deux autres corps possèdent la particularité d’effectuer un parcours passant au-dessus des pôles de la planète.

Proposez un nom à chaque nouvelle lune découverte

La découverte astronomique sera désormais l’occasion d’en apprendre plus sur les origines de la formation de Saturne, et de révolution de ses astres gravitants autour d’elle. Selon les premières observations, les équipes ont d’ores et déjà indiqué que les 17 lunes en mouvement opposé à Saturne serait certainement issus d’une seule et même lune, qui se serait désintégrée en plusieurs morceaux après de multiples impacts avec d’autres objets spatiaux.

En tout cas, ces 20 nouvelles trouvailles ne possèdent pas encore de nom, et un jeu concours a été ouvert pour y remédier. Jusqu’au 6 décembre, proposez des noms sous forme de tweet, en mentionnant le compte @SaturnLunacy ainsi que le hashtag #NameSaturnMoons.

Advertisements

Leave a Reply