Guerre en Ukraine : la Russie n’a-t-elle vraiment aucun intérêt à saboter les gazoducs Nord Stream ? – Le Figaro

Un important bouillonnement marin provoqué par les vastes fuites liées aux explosions. Handout / SWEDISH COAST GUARD / AFP

LA VÉRIFICATION – Objet de tous les soupçons, Moscou juge «stupide et absurde» d’être accusé et a réclamé une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU.

L’incident est survenu de manière brutale, inattendue, et pose plus de questions qu’il n’apporte de réponses. Lundi 26 septembre, deux explosions ont gravement endommagé les gazoducs Nord Stream 1 et 2, provoquant une fuite dans les eaux territoriales suédoises et deux fuites dans les eaux territoriales danoises. Une quatrième fuite a été identifiée jeudi en mer Baltique, côté danois. Rapidement, la piste du sabotage a été privilégiée et, avec elle, une question, pour l’heure insoluble : qui était à l’œuvre ? Les soupçons se sont immédiatement portés sur la Russie, qui est l’un des rares pays, avec les États-Unis, à pouvoir effectuer une telle opération.

Moscou a balayé ces accusations, estimant qu’elle «subit un grave préjudice économique du fait de ces actes». La Russie réclame en urgence une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU, fixée vendredi. Jeudi, le Kremlin a également dénoncé un «acte terroriste» impliquant un «État» étranger, après avoir pointé les États-Unis, qui…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 88% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 0,99€ le premier mois

Déjà abonné ? Connectez-vous

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *