Face aux restaurateurs, Macron dépeint un coronavirus qui “n’aime pas l’art de vivre à la française” – BFMTV

Spread the love

En grandes difficultés, restaurateurs et hôteliers se sont entretenus ce vendredi avec Emmanuel Macron dans l’espoir de mesures de soutien, voire d’une réouverture après le confinement. Face à ceux, le chef de l’Etat s’est dit conscient de la complexité pour eux de survivre aux mesures de confinement: “Et je sais que quand j’ai annoncé le 11 mai que certains secteurs ne pourraient pas rouvrir tout de suite, ça été une annonce difficile.”

Mais “ce virus n’aime pas l’art de vivre à la française puisqu’il se propage essentiellement par des contacts humains et c’est ce qui nous pénalise”, a exposé Emmanuel Macron dans ses propos liminaires.

Emmanuel Macron et ses ministres s'entretiennent avec des restaurateurs et hôteliers, le 24 avril 2020.

“Un moment au restaurant, ce n’est pas recommandé”

Certes, ce secteur est “essentiel” car il représente une “tradition, une sociabilité, un savoir-faire, une gastronomie, un art de la table, notre façon de vivre”. Mais “un long moment au restaurant, au café, ce n’est pas recommandé par nos scientifiques”, a-t-il poursuivi, se disant conscient de “toute l’angoisse” des restaurateurs et hôteliers. 

Pour soulager leurs inquiétudes, le président de la République a esquissé quelques pistes à mettre en place, comme par exemple “compenser les coûts fixes qui évitent qu’on ne tombe parce qu’on n’arrive pas à les payer” et réfléchir à des dispositions pour les “accompagner au moment de la réouverture car tout ne pourra pas reprendre comme avant”. “On va essayer d’apporter des réponses, et on va décider d’une méthode de travail pour les prochaines semaines”, a affirmé Emmanuel Macron. 

Les attentes de la filière, qui emploie un million de salariés, sont fortes: l’enjeu étant de “maintenir en survie tous les établissements, de la crêperie aux 3 étoiles”, a déclaré à l’AFP Philippe Etchebest, le chef cuisinier bordelais, qui participait à la réunion avec d’autres chefs réputés. “Avant de penser à la réouverture, pensons à sauver les entreprises qui sont sous perfusion, c’est la priorité.”

Leave a Reply