Advertisements

EN DIRECT – Coronavirus: «les 15 premiers jours d’avril seront encore plus difficiles que les 15 jours» écoulés, dit Philippe – Le Figaro

Spread the love
xxxxxx. xxx xxxx xxx.

En France, 319 personnes sont mortes à l’hôpital ces dernières 24 heures, ce qui porte à 2314 le nombre de décès en milieu hospitalier depuis le début de l’épidémie. 4273 personnes sont actuellement en réanimation.
Le premier ministre espagnol Pedro Sanchez a annoncé ce samedi que toutes les activités «non essentielles» étaient stoppées pendant deux semaines.

» LIRE AUSSI : Coronavirus: l’Espagne en proie à une situation hors de contrôle

Plus de cent personnes contaminées par le coronavirus sont décédées en Turquie, a annoncé ce samedi le ministre de la Santé, Fahrettin Koca. Seize personnes sont mortes au cours des dernières 24 heures, portant le nombre total des décès à 108, a précisé le ministre dans un message sur Twitter.
7402 cas sont officiellement enregistrés et quelque 445 personnes sont hospitalisées en soins intensifs. Les autorités turques n’ont donné aucune indication sur les zones les plus touchées, mais douze localités ont été placées en quarantaine. 
La Turquie a pris plusieurs mesures pour tenter de limiter la propagation du virus : confinement total pour les plus de 65 ans et les personnes atteintes de maladies chroniques, écoles fermées jusqu’à fin avril ou encore quasi-totalité des liaisons aériennes annulées. Les liaisons routières entre les grandes villes sont réduites et seuls les déplacements essentiels autorisés.
Olivier Véran a affirmé que 5 millions de tests permettant de détecter le Covid-19 d’une manière rapide (des résultats au bout d’une quinzaine de minutes) avaient été commandés. D’ici la fin avril, 30.000 tests rapides supplémentaires par jour devraient être pratiqués, 60.000 fin mai et 100.000 fin juin. Fin avril, 50.000 tests classiques devraient également pouvoir être réalisés. 
Le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé que la France avait commandé plus d’un milliard de masques pour les personnels de santé du pays. Ces commandes ont été faites partout à travers le monde, et notamment en Chine. Les livraisons seront échelonnées sur les prochaines semaines et les prochains mois, a dit le ministre.

Un pont aérien étroit et intensif entre la France et la Chine a été mis en place de manière à faciliter l’entrée des masques sur le territoire, a encore précisé Olivier Véran.

Le ministre de la Santé a affirmé que l’objectif était de passer à «14.000 à 14.500 lits» en réanimation contre «5000 initialement». Il a également rappelé son souhait d’augmenter partout les moyens, notamment dans les régions les plus touchées, en termes de nombre de lits, de matériel et de ressources humaines – en s’appuyant sur la réserve sanitaire.
Les «premiers effets du confinement» devraient être visibles «en fin de semaine prochaine», a affirmé Arnaud Fontanet, directeur du département Santé global à l’Institut Pasteur. Il a expliqué que ce délai était lié au fait que certains malades déjà contaminés avant le confinement pouvaient continuer à arriver en réanimation.

Il a rappelé l’importance de cumuler l’application des gestes barrières, de la distanciation sociale (le fait de se tenir à distance des personnes nous entourant) et donc du confinement pour aplatir la courbe du nombre de cas, soulager le personnel soignant et permettre aux patients les plus gravement touchés d’être pris en charge. 

C’est officiel : 10.023 personnes ont été tuées en Italie de la maladie depuis son apparition courant courant février. La péninsule est le pays le plus endeuillé au monde par cette pandémie.
Le premier ministre s’exprime. Il assure que la crise est mondiale et qu’en France, les 15 premiers jours d’avril «seront encore plus difficiles que les 15 jours que nous venons de vivre». «Je veux parler clair aux Français», a-t-il assuré.
Il a assuré que la progression du virus en France est très rapide, et cohérente par rapport à ce que l’on observe en Italie, où la maladie a frappé avant nous.

«Le combat ne fait que commencer», a-t-il dit.

La première évacuation effectuée par un hélicoptère militaire (deux patients gravement atteints par le coronavirus, transportés de Metz vers l’Allemagne) a été conduite ce samedi matin dans le cadre de l’opération «Résilience».



L’appareil, un NH90 du 1er régiment d’hélicoptères de combat de Phalsbourg (Moselle), s’est posé sur le parking du parc des expositions de Metz, en contrebas de l’hôpital civil, à 9h30 avant de redécoller vers 10h20.Crédits : Jean-Christophe Verhaegen/AFP

Interruption d’émission, déprogrammations et fin de tournage précipitée… Pandémie de coronavirus oblige, les programmes télé sont chamboulés. Nous vous informons sur les derniers changements dans nos articles : 

«Quotidien» s’interrompt provisoirement sur TMC

La saison 16 de Grey’s Anatomy prend fin plus vite que prévu

Programme TV: les déprogrammations du samedi 28 mars

Besoin d’air? Nous vous proposons un voyage en ballon tout à fait insolite en compagnie de… Guy de Maupassant. En 1887, l’écrivain offre au Figaro le récit de son ascension dans un aérostat baptisé «Le Horla». Loin de vivre le cauchemar hallucinatoire de sa nouvelle éponyme, Maupassant trouve dans les airs le repos de l’âme : «Un bien-être profond, inconnu, m’envahit, bien-être du corps et de l’esprit, fait de nonchalance, de repos infini, d’oubli, d’indifférence à tout.»

Pour y goûter à votre tour, retrouvez notre article en cliquant ici.

Alain Lescouet, maire de Saint-Brice-Courcelles (Marne) et vice-président de la communauté urbaine du Grand Reims, est décédé vendredi à 74 ans des suites d’une infection au Covid-19.
La pandémie de nouveau coronavirus a tué plus de 20.000 personnes en Europe, selon un bilan établi par l’AFP à partir de sources officielles.
Avec un total de 20.059 décès pour 337.632 cas, l’Europe est le continent le plus durement touché par la pandémie de Covid-19. Avec respectivement 9134 et 5690 décès, l’Italie et l’Espagne sont les deux pays du monde les plus atteints, et concentrent à eux seuls près des trois quarts des décès européens.
Les mouvements palestiniens de la bande de Gaza ont annulé les grands rassemblements prévus la semaine prochaine le long de la frontière avec Israël en raison des craintes de propagation du coronavirus dans ce territoire densément peuplé, ont annoncé les organisateurs samedi 28 mars. 

Ces rassemblements étaient prévus lundi pour le deuxième anniversaire du début de la «Grande Marche du retour» par laquelle des Palestiniens tentent chaque semaine de regagner les terres, désormais en Israël, que leurs aïeux ont dû fuir lors de la création de l’État hébreu en 1948.

Pour faire face à l’épidémie du coronavirus, la Russie décide de fermer totalement ses frontières à partir de lundi 30 mars. Cette mesure s’appliquera à tous les véhicules, aux trains et aux piétons et sera aussi mise en œuvre aux frontières maritimes du pays. Les diplomates russes et les camions de transport de marchandises pourront en revanche continuer à circuler.

Le bilan de la pandémie de nouveau coronavirus a dépassé les 1000 morts au Royaume-Uni avec 260 nouveaux décès en une seule journée, selon un bilan officiel publié samedi 28 mars. 

Le pays déplore désormais de 1019 morts et de 17089 cas de personnes infectées officiellement recensées.

Parmi les personnes malades figurent le premier ministre conservateur Boris Johnson et son ministre de la Santé Matt Hancock, tandis que le ministre en charge de l’Écosse, Alister Jack, s’est isolé pour sept jours, présentant des symptômes similaires à ceux du Covid-19 sans pour autant avoir été testé.

Dans le contexte anxiogène, les chaînes tentent de renforcer la cohésion familiale et sociale avec une programmation grand public.Cet après-midi par exemple, France 2 rediffuse le film La soupe aux choux de Jean Girault avec Louis de Funès, Jean Carmet et Jacques Villeret. 

Mardi prochain, L’Equipe TV a prévu de rediffuser le 8e de finale du Mondial de foot 2018 entre la France et l’Argentine.

» Pour en savoir plus, lisez notre article.

» 7 conseils à suivre lorsque vous faites vos courses
» Un «référentiel» pour fabriquer ses propres masques édité par l’Afnor
» Macron se défend d’un éventuel retard français
» Aïcha, 52 ans, première caissière victime du coronavirus
» Le guide des bonnes nouvelles (quand même)



Sur la même thématique, voici trois articles sur les applaudissements qui surviennent chaque soir aux balcons pour soutenir les personnels en première ligne : 

» Ce que les applaudissements aux fenêtres disent de nous
» Confinement: 5 anecdotes sur les fenêtres et balcons parisiens
» Thierry Paquot: «Le balcon est un bras tendu vers autrui sans danger et sans risque!»

110.000 Français qui étaient bloqués à l’étranger ont pu rentrer en France depuis la mi-mars, a indiqué le ministère des Affaires européennes et étrangères à BFMTV. De mêmes sources, on indique qu’environ 20.000 Français restent toujours en attente d’un retour.

Quelque 134.000 professionnels de santé italiens se sont inscrits à une formation à distance sur le coronavirus, a annoncé l’Institut supérieur de la santé (ISS). 
Intitulée «La crise sanitaire du nouveau coronavirus SARS CoV-2: formation et riposte», elle «offre aux professionnels de santé des indications claires fondées sur les connaissances scientifiques disponibles pour affronter la crise due au nouveau coronavirus (SARS CoV-2)», précise dans un communiqué l’ISS, organisme gouvernemental de référence en matière de santé publique. Pour le moment, l’ISS a décompté «un peu moins de 134.000 inscrits» et «le chiffre augmente de jour en jour».
Un jeune homme qui accuse des policiers de «violences aggravées» lors d’un contrôle lié au confinement aux Ulis (Essonne) a porté plainte vendredi auprès du parquet d’Evry. La plainte contre X, que l’AFP a pu consulter, a notamment été déposée pour «violences volontaires aggravées par personne dépositaire de l’autorité publique, en réunion, avec usage ou menace d’une arme» et «non-assistance à personne en danger».

Mardi en fin d’après-midi, Sofiane, agent logistique chez Amazon et habitant des Ulis, se rendait du domicile de son père à celui de sa mère avant de se rendre à son travail de nuit, selon le récit de cette dernière. «Le tort qu’il a eu, c’est de partir en courant lorsqu’il a vu les forces de l’ordre. Il a expliqué qu’il avait fait ça parce qu’il avait peur de se faire tabasser et qu’en plus, il n’avait pas son attestation sur lui», a raconté sa mère Aïcha à l’AFP.

La suite des événements apparaît dans des vidéos massivement partagées sur les réseaux sociaux. Le jeune homme, encerclé par plusieurs agents de la brigade anticriminalité, est mis à terre et frappé à de multiples reprises puis amené sous le porche d’un bâtiment d’où s’échappent ses cris stridents.

La police du département n’a pas souhaité faire de commentaire.

Les syndicats CFDT, FO et CFTC du transport routier appellent les chauffeurs à exercer «individuellement» leur droit de retrait à partir de lundi en cas de «manquements» aux mesures de protection sanitaire contre le coronavirus.Les syndicats réclament «des dispositifs sérieusement protecteurs pour agir en ‘temps de guerre’». Ils demandent notamment «l’arrêt des transports non essentiels», la «réquisition des aires de repos, stations-services, restaurants routiers» et, pour les transports sanitaires, «les mêmes protections que les urgentistes».

Mathis, 14 ans, est lycéen à Beyrouth. Il nous raconte le confinement en vigueur dans la capitale libanaise.
«Cela a commencé dès le samedi 29 février. Mais notre mise en quarantaine fut progressive : lors de la première semaine, la vie continuait, seules les écoles étaient fermées. On sortait, on invitait des amis, j’allais à la salle de sport, certains montaient au ski.  Mais à partir de la deuxième semaine, le nombre de malades a commencé à augmenter et les appels à rester chez soi se sont multipliés. Maintenant, on ne sort que pour les courses. Nous utilisons le service de livraison, très efficace ici. Tout peut se commander par téléphone, les courses, la pharmacie, les restaurants et même la bouteille de gaz. Nous faisons des cours en ligne et on nous envoie des travaux à faire. Même aux scouts où je suis chef de patrouille, on organise des réunions en ligne avec le groupe !
Par rapport à l’expérience de ma mère durant la guerre qui a vécu confinée sans eau, ni électricité, ni internet bien sûr et sous les bombardements en dormant dans le couloir, on vit plutôt bien notre confinement. À l’époque il fallait être certains d’être bien ravitaillé et d’avoir des denrées non périssables car le frigo ne marchait pas toujours. Il y avait un couvre-feu tous les soirs. Les gens ne savaient pas combien de temps ça allait durer et ne pouvaient pas prédire ce qui allait se passer. Par contre durant la guerre me dit-elle, les habitants de la ville étaient en danger même dans la maison. Il fallait éviter de s’approcher des fenêtres et des balcons de peur de recevoir une balle perdue ou un éclat d’obus.»



La France a moins tardé à mettre en place le confinement que l’Italie, mais plus que la Chine, où les mesures strictes ont duré deux mois et demi à Wuhan. Figaro Live fait le calcul.

Retrouvez notre vidéo sur notre page Facebook.

Le bilan de l’épidémie de coronavirus en Espagne s’est alourdi de 832 morts, portant le total à 5690 décès, a annoncé le ministère de la Santé, soit la plus forte hausse en un jour depuis le début de la crise. Le nombre total de personnes contaminées dans le pays est pour sa part passé de 64.059 vendredi à 72.248.
Un jeune homme, interpellé mardi lors d’un contrôle pour non-respect du confinement à Beauvais, en marge duquel une policière a été blessée à la tête par une autre personne, a été condamné à dix mois de prison avec sursis. 

Jugé vendredi en comparution immédiate, cet intérimaire en BTP de 22 ans a été reconnu coupable de violences volontaires ayant entraîné une incapacité totale de travail inférieure à huit jours sur personnes dépositaires de l’autorité publique, outrage, menaces de mort et rébellion. 

Il n’est pas condamné pour le jet de brique qui avait blessé une adjointe de sécurité de 23 ans. La peine a été «assortie d’un sursis probatoire avec obligation d’effectuer 105 heures de travail d’intérêt général dans un délai de 18 mois», a précisé le procureur de la République de Beauvais, Florent Boura.

Un homme a été mis en examen mercredi à Paris, après la découverte de 23.060 masques de protection, qu’il revendait illégalement puisqu’ils sont réquisitionnés à la demande du gouvernement. Ce particulier, qui stockait sa marchandise dans un véhicule utilitaire dans le 16e arrondissement, a été mis en examen pour «pratiques commerciales trompeuses», «refus de déférer à une réquisition administrative» et «escroquerie», a précisé une source, confirmant une information du Monde. Il a été placé sous contrôle judiciaire.

Les masques ont été remis aux autorités sanitaires.

Les cinq archipels de Polynésie française sont passés sous couvre-feu vendredi soir (samedi à Paris). Jusqu’au 15 avril, aucun Polynésien n’est autorisé à quitter son domicile entre 20 heures et 5 heures du matin, à l’exception des professions indispensables, comme les pompiers, les forces de l’ordre ou les soignants. 

En journée, le confinement se poursuit de manière plus stricte. La gendarmerie va limiter les interactions entre la zone urbaine et la zone rurale de Tahiti, cette dernière n’étant pas contaminée.

Plus d’un quart (26%) des Français pensent que le nouveau coronavirus a été fabriqué en laboratoire, dont 17% «intentionnellement», et ce dernier chiffre bondit à 40% chez les sympathisants du Rassemblement national, selon une étude de l’Ifop publiée samedi.
Le coronavirus est «apparu de manière naturelle» pour 57% des Français, mais 17% pensent qu’il a été développé «intentionnellement» et 9% qu’il a été fabriqué «accidentellement» en laboratoire, tandis que 17% ne se prononcent pas, selon l’étude réalisée pour la fondation Jean-Jaurès et l’Observatoire du conspirationnisme Conspiracy Watch.
En termes de proximité politique, les sympathisants du RN se distinguent puisqu’ils sont 40% à croire que ce virus a été «intentionnellement» fabriqué en laboratoire, et 15% «accidentellement». Seuls 29% d’entre eux pensent qu’il est «apparu de manière naturelle». Les sympathisants de la République en marche sont à l’inverse seulement 2% à penser que le virus a été fabriqué «intentionnellement» en laboratoire, et 7% «accidentellement». Quelque 84% pensent qu’il est «apparu de manière naturelle». 

» Pour aller plus loin dans cette thématique, lisez notre enquête sur les extrémistes religieux qui profitent de la crise sanitaire pour jouer sur les peurs, prédisant que la fin des temps approche.

Le championnat bélarus de football est le seul de la planète à ne pas avoir été suspendu en pleine crise sanitaire. Un choix assumé par le président, Alexandre Loukachenko.

» Pour en savoir plus, lisez notre article en cliquant ici.

Le premier ministre doit donner à 14h une conférence de presse avec l’actuel ministre de la Santé Olivier Véran. Il a promis un point «transparent» de la situation sanitaire, notamment la pénurie de masques ou la question des tests.

Sur les masques, vous pouvez retrouver notre dernier article ici.
Idem pour les tests, en cliquant ici.

» LIRE AUSSI – Coronavirus : mais qui a liquidé le stock de masques?

Vendredi, face à la pandémie, François a rappelé l’universalité de la prière. Sa bénédiction a donné lieu à des images exceptionnelles de la place Saint-Pierre vide : 





» Pour en savoir, retrouvez ici l’article de notre spécialiste Jean-Marie Guénois.

(crédits photos : Handout/VATICAN MEDIA/AFP)

La première évacuation par un hélicoptère militaire a été conduite ce matin dans le cadre de l’opération Résilience, avec deux patients embarqués à Metz à destination de l’Allemagne.

«Des hélicoptères Caïman de l’armée de Terre vont prendre en charge plusieurs patients atteints du Covid-19» de Metz vers l’Allemagne, a tweeté la ministre des Armées Florence Parly.

La ministre remercie l’Allemagne pour son soutien et sa solidarité.

L’île, qui compte environ 18.000 personnes l’hiver, a vu débarquer, comme au mois d’août, plusieurs milliers de citadins, venus se réfugier loin du continent pour télétravailler.» Lire notre article en cliquant ici.

– La réserve sanitaire. À ce jour, près de 40.000 personnes se sont portées volontaires sur toute la France, ce qui représente en réalité plus de 19.000 inscriptions validées depuis fin janvier, selon Santé publique France, l’agence nationale de santé publique.
Créée en 2007, la réserve sanitaire est composée de volontaires, qui interviennent depuis une décennie en cas de crise sanitaire ou de catastrophe naturelle, en France comme à l’étranger. Ouverte en premier lieu aux professionnels de santé (médecins, infirmiers, aides-soignants etc.), elle compte aussi des non soignants (secrétaires médicaux, cadres hospitaliers, psychologues etc.).
– Les agences régionales de santé. En île-de-France, l’ARS a lancé la semaine dernière une plateforme Renforts-Covid.fr en partenariat avec la start-up en santé MedGo. Le principe est de mettre en contact des étudiants, professionnels actifs ou retraités volontaires avec des établissements de santé et médico-sociaux qui ont besoin de renforts.

En Île-de-France, jeudi midi, plus 9000 personnels soignants s’étaient inscrits. Et près de 700 établissements ont posté des missions, selon MedGo, qui précise que la demande de renfort est à 70% des infirmiers, puis à 20% les aides-soignants. Les ARS de plusieurs autres régions (Hauts-de-France, le Centre Val-de-Loire, la Bretagne, l’Occitanie, l’Auvergne-Rhône-Alpes, la Bourgogne-Franche-Comté), ont également fait appel à la start-up parisienne pour faciliter les recrutements.

» Retrouvez notre série EN PREMIÈRE LIGNE en cliquant ici.

Retrouvez notre dernière story en cliquant ici.

Dans une interview donnée aux journaux italiens Corriere de la Serra, La Stampa et La Repubblica sur un éventuel retard français concernant les mesures de confinement, au moment où la situation se dégradait en Italie, Emmanuel Macron a affirmé : «Nous n’avons absolument pas ignoré ces signaux. J’ai abordé cette crise avec sérieux et gravité dès le début, lorsqu’elle s’est déclenchée en Chine.»

Notamment «parce que l’Italie nous a précédés dans cette crise», «nous avons pris en France les mesures les plus dures plus tôt (…), à nombre de cas comparables», a-t-il soutenu, interrogé sur sa sortie au théâtre le 6 mars, onze jours avant les mesures de confinement. «J’ai suivi à chaque étape trois principes essentiels : fonder nos décisions sur des avis scientifiques, s’adapter à l’évolution de la crise, prendre des mesures proportionnées», a expliqué Emmanuel Macron.

Le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, a annoncé hier qu’en France 5700 personnes hospitalisées pour le Covid-19 ont guéri, et sont sorties de l’hôpital.Pour rappel, voici ci-dessous la conduite à suivre si vous ressentez des symptômes graves de la maladie : 

Pour rappel, le 24 janvier dernier, c’est-à-dire il y a deux mois, deux premiers cas de malades, originaires de Chine, étaient déclarés atteints par le coronavirus à Paris et à Bordeaux. Ces deux personnes, qui revenaient de Chine, étaient les premiers cas officiellement déclarés en Europe. Un troisième cas a ensuite été annoncé le 25. Un quatrième malade, un touriste chinois âgé, a suivi le 28 janvier, et a été placé en réanimation.Pour vous tenter de vous informer au mieux sur l’épidémie qui touche la France, notre série vidéo «Factu» en a consacré de nombreux épisodes que vous pouvez retrouver sur notre page facebook.

Très symboliquement, le premier train de voyageurs autorisé depuis le confinement s’est arrêté samedi à la gare de Wuhan. À bord, plusieurs dizaines d’habitants piégés depuis fin janvier à l’extérieur de la ville quand les autorités ont décrété une quarantaine pour tenter d’enrayer l’épidémie.





» Coronavirus: en Chine, les captifs de Wuhan hésitent à ressortir

La réouverture de la ville n’est cependant que partielle. Les habitants devront encore patienter jusqu’au 8 avril pour pouvoir quitter Wuhan, date à laquelle rouvriront également les aéroports.



Les premiers cas de coronavirus sont apparus en décembre à Wuhan. Et la ville paie un lourd tribut pour cette épidémie, avec plus de 50.000 personnes contaminées et plus de décès que tout autre ville en Chine (2538). Samedi, trois morts supplémentaires ont été annoncés par les autorités sanitaires.

Vendredi, un responsable local a indiqué que Wuhan était désormais considérée comme une zone à «faible risque».

Alors que certains la préconisent en alternative au gel hydroalcoolique, partons avec Le Figaro de 1895 sur les traces de l’eau de Cologne inventée par Jean-Marie Farina.
» Pour lire notre article, cliquez ici.



L’eau de Cologne de Jean-Marie Farina, 1868Wikimedias commons

 





Après avoir interdit à ses administrés de n’acheter qu’une seule baguette à la boulangerie, le maire de Sanary-sur-Mer (Var) a pris un nouvel arrêté les empêchant désormais de s’éloigner à plus de 10 m de chez eux.

«Ça limite les sorties à leur plus simple expression», a reconnu Ferdinand Bernhard auprès de l’AFP, après cet arrêté municipal réduisant de 200 mètres à 10 mètres la nouvelle distance maximale autorisée pour les balades des Sanaryens et des Sanaryennes.
«C’est interdit le jogging, comme de promener son chien», insiste l’élu, qui avait déjà fermé les marchés «depuis belle lurette».«Sinon, tout le monde a toujours de bonnes raisons de sortir.» «Le confinement est respecté par 99,5% des gens dans la commune, mais il reste une bande de récalcitrants qui risquent de propager la contamination, c’est eux que nous visons», a encore dit Ferdinand Bernhard.

Hier le premier ministre a annoncé le prolongement du confinement pour deux semaines, à compter de mardi prochain : 


Les États-Unis, le nombre de cas recensés de Covid-19 explose : ils ont dépassé ce vendredi la barre des 100.000 personnes infectées, selon le comptage publié par l’université Johns Hopkins.Il y a eu 345 décès et près de 18.000 nouveaux cas en 24 heures. 



Vendredi soir, Trump a signé le gigantesque plan de relance de 2000 milliards de dollars, adopté par le Congrès.

Une quarantaine de patients doivent être transférés du Grand Est vers la Nouvelle-Aquitaine, a annoncé l’Agence régionale de santé (ARS) de cette dernière. Dans le détail, quatre malades sont attendus samedi dans des hôpitaux de Poitiers et Limoges, et dimanche, 36 autres arriveront à bord de deux TGV médicalisés, pour être répartis dans une petite dizaine de villes.

La Nouvelle-Aquitaine dispose, en «soins critiques» (incluant la réanimation, les soins intensifs et continus), de 1640 lits dont 569 disponibles. Une situation qui contraste avec celle de l’Île-de-France, de plus en plus tendue : sur 1500 places dans les services de réanimation de la région parisienne, 1300 lits sont actuellement occupés.

Le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, a annoncé qu’en France, on compte désormais 1995 décès du Covid-19. Par ailleurs, 32.964 cas ont été confirmés par test PCR. Les données des 623 établissements de santé indiquent que 15.732 personnes sont hospitalisées pour une infection Covid, que 3787 sont en réanimation dans un état grave. Un tiers des patients hospitalisés ont moins de 60 ans, 42 ont moins de 30 ans. En outre, 85% des décès ont plus de 70 ans. Le nombre de personnes guéries est de 5.700. 
Hier, il y a eu 3788 passages aux urgences pour une suspicion de coronavirus, selon Jérôme Salomon. Il y a également eu 1384 interventions de SOS médecins. 
D’après le DGS, 5% des personnes ayant le coronavirus sont hospitalisées. «Le nombre observé de décès sur la semaine 12 devient significativement supérieur avec un excès de mortalité de 6%», a-t-il ajouté, se basant sur les chiffres de l’Insee. 
Nous suivrons dans ce nouveau live les dernières informations liées à l’épidémie du coronavirus. N’hésitez pas à nous faire part de vos avis dans les commentaires.
Advertisements

Leave a Reply