Disparition de Delphine Jubillar : des photos de son amoureux découvertes dans le téléphone du mari – Le Parisien

Spread the love

L’effet de surprise a été total pour Cédric Jubillar, passé brutalement du statut de victime à celui de suspect en quelques heures. Mais l’artisan plaquiste de 33 ans, interpellé mercredi sur son lieu de travail à Albi (Tarn), reste sur sa ligne. Selon nos informations, au premier jour de sa garde à vue dans les locaux de la gendarmerie de Gaillac, le compagnon de Delphine Jubillar conteste formellement à cette heure être impliqué dans la disparition de la jeune infirmière d’Albi.

Il a longuement été entendu dans la nuit de mercredi à jeudi par des enquêteurs de la section de recherches de Toulouse, assistés par des analystes du comportement du service de renseignement criminel de la gendarmerie (SCRC). Ces derniers sont présents afin d’apporter un éclairage psychologique de Cédric Jubillar et anticiper ses réactions.

Au fil des six derniers mois, les gendarmes ont établi un scénario criminel à partir des incohérences du récit de la nuit du drame par le mari, des témoignages recueillis et des investigations techniques, dont les écoutes. Ainsi Cédric Jubillar a été interrogé sur sa connaissance de l’existence de la liaison cachée de Delphine avec un jeune homme rencontré sur Internet, et dont Le Parisien-Aujourd’hui en France a révélé en exclusivité son témoignage. « Il n’a pas bronché à ce sujet », confie une source proche de l’enquête.

Les enquêteurs sont pourtant convaincus que la nuit du 15 au 16 décembre 2020, à leur domicile de Cagnac-les-Mines, Cédric et Delphine ont eu une dispute à propos du projet imminent de la jeune femme de le quitter pour s’installer avec celui qui a été surnommé « l’amoureux de Montauban ». L’infirmière et son confident, qui entretenaient en réalité plus qu’une relation épistolaire, avaient prévu de quitter leurs compagnons respectifs pour mener une vie commune à Albi au début de l’année 2021.

Des captures d’écran extraites du smartphone de l’infirmière

Pour les gendarmes, Cédric Jubillar serait tombé cette nuit-là sur les échanges sur Snapchat entre Delphine et son nouveau compagnon, ce qui aurait pu déclencher le passage à l’acte meurtrier. Il aurait notamment pu intercepter cette photo de l’infirmière en petite tenue qu’elle avait envoyée à son confident à 22h58. Cédric a-t-il profité d’un moment d’inattention de sa compagne pour regarder son téléphone ? Le confident de Montauban est en tout cas la dernière personne à avoir échangé avec Delphine Jubillar et son témoignage ne concorde pas avec celui du mari.

PODCAST. Affaire Delphine Jubillar : enquête sur une mystérieuse disparition

La thèse d’un accès de colère de Cédric Jubillar après la découverte de la liaison de sa compagne semble confortée par un autre élément technique. Selon nos informations, les enquêteurs ont découvert sur son téléphone des captures d’écran extraites du smartphone de l’infirmière. Parmi ces images figure une photocopie du profil de l’amoureux caché de Delphine sur un réseau social.

Dès le 16 décembre au petit matin, quelques heures après la disparition de l’infirmière, Cédric Jubillar aurait par ailleurs confié le fruit de ses découvertes à une personne de son entourage. De quoi battre en brèche l’idée d’une disparition survenue après un départ volontaire de Delphine du domicile pour promener les chiens.

Ces avancées dans l’enquête suffiront-elles à confondre le mari de Delphine ? Pour l’heure, il reste présumé innocent. Contacté, son avocat, Me Jean-Baptiste Alary, n’a pas souhaité s’exprimer. La garde à vue de Cédric Jubillar a été prolongée de 24 heures avant un possible déferrement qui n’interviendrait pas avant vendredi matin. La mère et le beau-père de l’artisan étaient également toujours en garde à vue. Les enquêteurs cherchent à vérifier leur degré réel de connaissance du rôle de Cédric dans l’affaire.

Leave a Reply