Covid-19 : des hackers russes accusés de tenter de pirater les recherches sur le vaccin – LCI

Spread the love
Quand les recherches sur le vaccin font l’objet de cyberattaques. Le National Cyber Security Center (NCSC), l’agence publique britannique en charge de la sécurité informatique et de la lutte contre la cybercriminalité accuse des hackers de cibler plusieurs organisations impliquées dans la recherche d’un vaccin contre le Covid-19. 

Ce groupe de pirates, connu sous le nom d’APT29, agirait pour le compte des renseignements russes, selon le NCSC. Des conclusions partagées par ses homologues américains et canadiens. La Russie a immédiatement contesté ces accusations. “Nous n’avons aucune information sur qui a pu hacker des sociétés pharmaceutiques ou des centres de recherches en Grande-Bretagne”, explique Dmitri Peskov, le porte-parole du Kremlin.

Le groupe menaçant connu sous le nom d’APT29” ou encore des ‘Ducs’ ou de ‘Cozy Bear’, “opère presque certainement dans le cadre des services de renseignement russes“, détaille le NCSC dans son communiqué. Une probabilité estimée à 95% selon le ministère des Affaires étrangères. Cette “campagne d’activités malveillantes” vise principalement des cibles gouvernementales et diplomatiques, des groupes de réflexion, de soins de santé dans le seul objectif de “voler une propriété intellectuelle précieuse“, poursuit l’agence. 
Sur son compte Twitter, Dominic Raab, le ministre des Affaires étrangères du Royaume-Uni, qui se félicite de la collaboration des services britanniques avec les Etats-Unis et le Canada, accuse directement “l’action des services de renseignements russes” qui agiraient contre la “coopération mondiale pour le vaccin Covid-19″
Paul Chichester, le directeur des opérations du NCSC, qualifie l’opération d’APT29 d'”attaques méprisables” commises “contre ceux qui font un travail vital pour lutter contre la pandémie de coronavirus”. Il explique que les pirates visés agissent par hameçonnage et via des “logiciels malveillants personnalisés”. 

Leave a Reply