Couvre-feu, attestations, déplacements… le point sur les restrictions à partir du 15 décembre – Le Monde

Spread the love
Jean Castex (à gauche) et Olivier Véran (à droite) lors de la conférence de presse à propos de la situation sanitaire, le 10 décembre à Paris.

A quinze jours de Noël, Jean Castex a tranché, jeudi 10 décembre, en faveur du maintien de mesures strictes, malgré quelques assouplissements, face à une situation sanitaire moins favorable qu’anticipé. Le premier ministre a d’abord tenu à remercier les Français pour leurs efforts, car « même si nos règles ont été moins dures qu’en mars dernier, je sais qu’elles ont pesé sur votre quotidien et sur votre moral ».

Retrouvez la conférence de presse de Jean Castex

« Mais cette amélioration marque le pas depuis une semaine. Le nombre de nouvelles contaminations ne se réduit plus et il tend même à légèrement réaugmenter depuis quelques jours. La partie est donc loin d’être gagnée », a prévenu d’emblée le premier ministre, précisant que « nous sommes sur une sorte de plateau ». « Nous ne sommes pas encore sortis de la deuxième vague », a abondé Olivier Véran, jugeant que « 11 000 nouveaux malades par jour, c’est beaucoup trop ». Pour le ministre de la santé, « si nous ne changeons rien, le risque est que la deuxième vague reparte dans les prochaines semaines ». Jeudi, 13 750 cas positifs au SARS-CoV-2 ont été enregistrés en France, selon les chiffres officiels publiés par Santé publique France.

Fin octobre, le président Emmanuel Macron avait conditionné, après la réouverture des commerces fin novembre, la phase 2 du déconfinement prévue le 15 décembre à plusieurs critères, dont le seuil de 5 000 cas détectés par jour. « Nous ne serons pas, le 15 décembre, à l’objectif que nous nous étions fixé », a convenu M. Castex, avant de détailler de nouvelles mesures, accompagné du ministre de la santé et du ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin.

  • Les lieux accueillant du public ne rouvriront pas avant le 7 janvier au moins

Tous les lieux accueillant du public, comme les cinémas, les théâtres ou les musées, ne rouvriront finalement pas le 15 décembre et resteront fermés au moins trois semaines de plus, pour réduire le risque de propagation de l’épidémie de Covid-19, a annoncé Jean Castex. La réouverture de ces établissements sera réexaminée le 7 janvier et les dispositifs d’accompagnement économiques seront maintenus, a-t-il précisé.

« Même si tous ces établissements disposent de protocoles sanitaires, la logique que nous devons suivre est d’éviter d’accroître les flux, les concentrations, les brassages de public », a déclaré le chef du gouvernement. Cette mesure concerne aussi « l’accueil du public dans les enceintes sportives, dans les cirques, les parcs zoologiques ou encore les salles de jeux et les casinos ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi En attendant le détail de la sortie du confinement, l’inquiétude gagne cinémas, théâtres et musées
  • Couvre-feu de 20 heures à 6 heures, sauf le 24 décembre

Le couvre-feu entrera en vigueur à partir du 15 décembre, mais débutera à 20 heures et non à 21 heures, comme prévu jusqu’à présent. Ce couvre-feu « sera strictement contrôlé avec des possibilités de dérogation limitées », a précisé le premier ministre. Les territoires d’outre-mer ne seront pas concernés par le couvre-feu.

Contrairement à ce qu’avait annoncé Emmanuel Macron fin novembre, le couvre-feu concernera aussi le réveillon du 31 décembre, car, pour Jean Castex, cette soirée « concentre tous les ingrédients d’un rebond épidémique ».

En revanche, pour le réveillon de Noël, le 24 décembre, une exception sera faite, a-t-il assuré, estimant que « Noël occupe une place à part dans nos vies et nos traditions. (…) Nous autorisons donc les déplacements pour cette soirée du 24 décembre, mais en vous rappelant la règle que je vous ai indiquée la semaine dernière : pas plus de six adultes à la fois ». Il a aussi recommandé de « limiter [les] interactions au cours des cinq jours précédant » une rencontre avec une personne âgée ou vulnérable au coronavirus.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « S’il n’y a pas mes enfants, je ne viens pas » : les flippés de Noël
  • Plus besoin d’attestation en journée

« Pendant la journée, à partir du 15 décembre, l’attestation ne sera plus obligatoire pour se déplacer, a assuré le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin. En revanche, les déplacements seront interdits de 20 heures à 6 heures du matin. Cela signifie qu’à partir de 20 heures chacun devra rester chez soi, sauf exceptions. »

Seuls quelques déplacements seront autorisés durant cette tranche horaire, « il s’agit notamment des déplacements entre le lieu de votre domicile et le lieu de votre travail », a précisé le ministre. Les déplacements pour raisons de santé ou pour « motif familial impérieux », ceux liés à des missions d’intérêt général ou pour sortir un animal de compagnie seront également autorisés en soirée. La pratique sportive sera interdite de 20 heures à 6 heures du matin.

Lire aussi : « Ras le bol d’être confinés, de remplir des attestations, d’être infantilisés… » : un difficile (re)confinement
  • Les déplacements de nouveau autorisés partout en France, maintien du télétravail

Jean Castex a confirmé jeudi que « la possibilité de se déplacer sur tout le territoire » serait de nouveau autorisée à partir du 15 décembre et a invité à continuer le télétravail « partout où il est possible ».

« J’ai demandé aux forces de l’ordre de renforcer encore davantage le dispositif de contrôle. Il est fondamental que ces règles soient respectées par tous pour contenir l’épidémie », a rappelé Gérald Darmanin, ajoutant que tout déplacement de 20 heures à 6 heures du matin sans motif ni attestation valable exposera les Français à une amende forfaitaire de 135 euros.

Dans un communiqué envoyé après la conférence de presse gouvernementale, la SNCF a confirmé « que tous les TGV inOui, Ouigo, Intercités et trains internationaux prévus circuleront normalement à partir du 15 décembre et pendant toute la période des fêtes de fin d’année ». « Conformément aux annonces du gouvernement, les voyageurs ayant une réservation pour un train de longue distance circulant après 20 heures pourront circuler et n’ont pas besoin de modifier leur déplacement », a-t-elle ajouté.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Compromis quasi unanime des partenaires sociaux sur le télétravail
  • Pas d’assouplissement des jauges pour les lieux de culte

Les jauges de fréquentation pour les lieux de culte, âprement négociées par les responsables religieux, « ne seront pas revues à la hausse » à partir du 15 décembre, a annoncé le premier ministre.

Depuis le 3 décembre, les cérémonies dans les lieux de culte peuvent rassembler plus de 30 personnes, mais de nouvelles règles ont été fixées : deux sièges doivent rester libres entre chaque personne ou entité familiale et une rangée sur deux doit rester inoccupée dans les églises, temples, mosquées et synagogues du pays. Ce premier assouplissement faisait suite à la décision du Conseil d’Etat qui avait retoqué une précédente limitation gouvernementale à 30 personnes par édifice religieux.

Par ailleurs, il n’y aura pas de couvre-feu le soir du 24 décembre, laissant de fait la possibilité aux fidèles chrétiens la possibilité de participer aux traditionnelles « messes de minuit ».

Lire aussi Le Conseil d’Etat ordonne au gouvernement de revoir la jauge des 30 personnes pour les offices religieux
  • Pas d’isolement obligatoire et contraint

La piste d’un dispositif rendant l’isolement « obligatoire » pour les personnes testées positives au nouveau coronavirus ne fait « pas consensus », a affirmé le premier ministre, indiquant que l’accent serait plutôt mis sur un « accompagnement renforcé ».

Par ailleurs, Jean Castex a rappelé la stratégie du gouvernement : « Tester, alerter, protéger. »

« Notre objectif est à la fois d’augmenter le nombre de tests, (…) d’accélérer encore davantage les délais d’accès de leurs résultats, d’améliorer le repérage des cas contacts et d’assurer l’effectivité de l’isolement des personnes déclarées positives et de leurs cas contacts par un accompagnement renforcé. »

Lire aussi : Des campagnes de dépistage à grande échelle seront organisées à Saint-Etienne et au Havre, nouvelle jauge dans les lieux de culte
  • Les concertations continuent avec les professionnels des sports d’hiver

Jean Castex a précisé que des concertations sont toujours engagées avec les élus de la montagne et les professionnels du sport d’hiver. M. Castex annonce qu’il les « rencontrera demain matin pour la troisième fois afin de calibrer au mieux les dispositifs d’indemnisation ».
« Nous ne laisserons personne au bord du chemin au moment où la crise économique engendrée par la crise sanitaire accroît ses effets sociaux et psychologiques », a-t-il promis.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Déconfinement : le gouvernement empêtré dans l’imbroglio des vacances au ski

Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Le Monde

Leave a Reply