Coronavirus : des Toulousains inventent un sas pour visiter les aînés en Ehpad en toute sécurité – LaDepeche.fr

Spread the love

l’essentiel Ce dimanche en fin d’après-midi, la maison de retraite Tibaous a fait poser un sas de visite à l’entrée de sa structure. Ce tout nouveau produit développé par la société balmanaise Usipanel permet au résident de voir et de parler à deux membres de sa famille mais empêche la circulation de germes.

Face à l’urgence et la détresse de leurs résidents, certains Ehpad ont anticipé l’annonce d’Olivier Véran. Alors que le ministre de la Santé prévenait ce dimanche en fin d’après-midi avoir “élaboré de nouvelles recommandations pour organiser dès [lundi] un droit de visite aux familles pour leurs aînés”, la maison de retraite Tibaous à Toulouse installait à l’entrée de la structure un sas de visite.

A lire aussi : Coronavirus : conférence de presse de Véran et Philippe, 19 718 morts en France, revivez notre live de ce dimanche

“Nous avons 80 résidents, détaille Madeleine Vidal-Llorente, la directrice. L’établissement est fermé à toute personne extérieure depuis le 11 mars. Toutes les personnes hébergées ici vont bien physiquement (elles ont toutes été testées négatives au covid-19), mais nous commençons à sentir arriver un syndrome de glissement. Des personnes qui étaient stables commencent à déprimer, à être désorientées. Notre psychologue travaille là-dessus, et le personnel est très présent. Nous avons également mis en place des moyens de communication numériques, mais tout cela ne remplace pas les familles.”

Un sas vendu en kit de moins de 100 kg

Alors ici, les gérants ont cherché des solutions pour rompre l’isolement des aînés. Et ils se sont tournés vers la société Usipanel à Balma. François et Pierre Chantriaux, les cogérants, ont déjà fait preuve d’innovation en imaginant un pare-postillons pour les voitures, adopté depuis par l’Elysée.

A lire aussi : Des voitures de l’Elysée auront leurs parois anti postillons

Cette fois, ils ont inventé le sas de visite. Après une semaine de conception, il a été livré dimanche en fin d’après-midi à la maison de retraite. La structure livrée en kit fait moins d’une centaine de kilos. “L’idée est de pouvoir l’expédier partout en France, détaille Pierre Chantriaux. Ce sas de visite est très simple de montage, il suffit d’être deux et de quelques vis qui sont fournis. C’est un produit composé de bois, d’aluminium et de plexi.” 

François et Pierre Chantriaux ont inventé un sas permettant de visiter les personnes en Ehpad en toute sécurité.
François et Pierre Chantriaux ont inventé un sas permettant de visiter les personnes en Ehpad en toute sécurité.

En moins d’une trentaine de minutes, en effet, le sas est installé devant les portes vitrées de la maison de retraite Tibaous. Il fonctionne sur le principe d’un hygiaphone. Sur la face plexi qui sépare les personnes âgées de leur famille deux écrans phoniques laissent passer le son, mais pas les germes grâce à une fine membrane installées entre deux protections plastiques. 

François et Pierre Chantriaux ont inventé un sas permettant de visiter les personnes en Ehpad en toute sécurité.
François et Pierre Chantriaux ont inventé un sas permettant de visiter les personnes en Ehpad en toute sécurité.

“On va faire un planning pour que tous les résidents puissent en bénéficier”

Le personnel passe la tête pour voir comment cela fonctionne. “Vous m’entendez bien depuis dehors?” Oui, très bien. Rapidement, ce sont les résidents qui prennent place sur le siège à peine installé face à la vitre. 

“Nous allons à terme installer ce dispositif dans l’Ehpad, poursuit Madeleine Vidal-Llorente. Symboliquement, les familles auront l’impression d’entrer. On va mettre deux fauteuils et rendre le tout cosy. L’objectif est de mettre ce sas à la disposition des familles dès ce lundi. On va faire un planning de roulement. Les familles pourront venir par deux, et rester 15 à 20 minutes. Ce système ne résout pas le problème pour les gens alités mais c’est déjà un pas. J’ai en tête une quarantaine de résidents qui pourraient en profiter.”

Entre chaque passage, le personnel devra nettoyer la cabine. Un hic qu’entendent résoudre sous peu Pierre et François Chantriaux. Ils se donnent la semaine pour développer un modèle “autonettoyant”. “Nous travaillons à trouver une technique et une solution de stérilisation”, détaille Pierre. L’objectif d’ici sept jours est de pouvoir commercialiser un produit standard à tous les Ehpad qui en feront la demande.

À quelques jours du déconfinement prévu le 11 mai et suite à l’annonce du ministre de la Santé, le téléphone de ces deux jeunes entrepreneurs Toulousains ne devrait pas tarder à sonner…

Leave a Reply