Après sa menace de plainte, Gérald Darmanin tente d’éteindre la polémique et propose une rencontre à Audrey Pulvar – Le Monde

Spread the love

Entre Gérald Darmanin et Audrey Pulvar la tension est redescendue d’un cran. Le ministre de l’intérieur a proposé, mardi 25 mai, une rencontre à la candidate des socialistes aux régionales en Ile-de-France, qu’il avait accusée de « diffamer la police » et menacée d’une plainte. Une rencontre que l’ex-journaliste a dit accepter « avec enthousiasme ».

Dans un tweet publié mardi, M. Darmanin a assuré avoir « entendu les propos de Mme Pulvar [plus tôt dans la matinée sur LCI] explicitant clairement que, pour elle, la police n’était pas raciste. J’en prends acte. Je lui propose de la rencontrer dans les prochains jours ». Dans l’entourage de Gérald Darmanin, on précise toutefois que « par ce tweet, il ne renonce pas à la plainte. Il salue les propos clairs d’Audrey Pulvar ce matin, et souhaite échanger avec elle ».

« Le ministre de l’intérieur me propose de me rencontrer et je me rendrai à cette invitation avec enthousiasme et un esprit purement républicain, qui m’anime depuis toujours », a réagi Mme Pulvar mardi lors d’une conférence de presse. Elle a ajouté :

« Je suis contente que le ministre de l’intérieur ait entendu mon propos dans son intégralité, qui était le même propos que celui que j’ai toujours tenu : non, je ne considère pas que toute la police nationale soit violente et raciste. Au contraire, je soutiens la police nationale, qui est une institution de la République que je respecte. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Face à la colère des policiers, concurrence et surenchère politique

Deux jours de passe d’armes

Cette « main tendue » du ministre survient après deux jours d’invectives. Dimanche, Gérald Darmanin avait annoncé déposé plainte contre Audrey Pulvar, l’accusant de « diffamer la police », après qu’elle eut jugé « assez glaçante » la manifestation policière devant l’Assemblée nationale, le 19 mai, à laquelle le ministre s’était rendu. Sa plainte visait également une vidéo de juin 2020, exhumée samedi sur Twitter par Pierre Liscia, porte-parole de Libres !, le mouvement de Valérie Pécresse, candidate à sa réélection en Ile-de-France. Audrey Pulvar y dénonçait « le racisme dans la police » en France, lors d’une manifestation à Paris en hommage à George Floyd, cet Afro-Américain tué par un policier à Minneapolis.

La liste de Mme Pulvar, Ile-de-France en commun, avait réagi dimanche dans un communiqué en fustigeant « une atteinte à la liberté d’expression d’une extrême gravité », et en rappelant que « cette tentative d’intimidation d’une candidate d’opposition, par un ministre de l’intérieur, par ailleurs [chargé] de l’organisation des élections (…), est sans précédent sous la Ve République ». Lundi, à son tour, la candidate avait fait savoir qu’elle souhaitait déposer une plainte contre le ministre, pour « dénonciation calomnieuse » et qui devrait être instruite par la Cour de justice de la République, ainsi qu’une autre pour « diffamation » devant les juridictions ordinaires.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Elections régionales 2021 : en pleine polémique, Audrey Pulvar ciblée par Gérald Darmanin et Valérie Pécresse

Le Monde avec AFP

Leave a Reply