Antitrust : Alibaba fait désormais l’objet d’une enquête du régulateur chinois

Spread the love

Il n’y a pas qu’aux États-Unis que les régulateurs haussent le ton pour freiner la croissance infernale des géants de la tech. Après un report de dernière minute de l’introduction en bourse d’Ant Group, le mois dernier, ce fut au tour de la maison-mère Alibaba à se faire épingler jeudi 24 novembre par les autorités des marchés chinois.

Dans un communiqué parvenu dans la matinée, le principal organisme de surveillance du marché chinois a indiqué l’ouverture d’une enquête visant le géant du e-commerce. Derrière celle-ci, la volonté de connaître les tenants et aboutissants de la stratégie d’Alibaba, de plus en plus incisif envers les autres plateformes de ventes en ligne comme JD.com et Pinduoduo.

Les autorités pointaient du doigt – de façon très brève – la tendance d’Alibaba à forcer les commerçants à vendre exclusivement sur la plateforme en laissant de côté la concurrence. Il n’est pas dit clairement si l’activité de commerce sur internet est la seule dans l’enquête, ou si l’ensemble du groupe en fait partie ; avec ses activités dans la finance et de services de cloud computing.

Alibaba est une entreprise au modèle très proche de celui d’Amazon, mais ses revenus en sont bien supérieurs.

Alibaba dit vouloir coopérer

Aussitôt informés, les équipes de l’entreprise dirigée par le milliardaire Jack Ma ont tenu à répondre. « Aujourd’hui, le groupe Alibaba a reçu une notification de l’Administration d’État chargée de la réglementation du marché selon laquelle une enquête a été ouverte sur la société conformément à la loi anti-monopole » disaient-ils dans un communiqué, ajoutant que « Alibaba coopérera activement avec les régulateurs sur l’enquête ».

Les affaires de Ant Group, qui devait entrer en bourse et devenir l’entreprise à la plus grosse IPO de l’histoire, se poursuivent. Son report à une date indéterminée laisse en suspension la fintech chinoise qui devait être évaluée entre 34 et 37 milliards de dollars suite à une double cotation sur les places boursières de Shanghai et de Hong Kong. Le même jour, la société déclarait qu’elle avait débuté les discussions avec les autorités pour discuter de ses avancées pour sa « conformité ».

Leave a Reply