Alerte enlèvement à Lannion : Dewi, 8 ans, retrouvé sain et sauf avec son père – Le Télégramme

Spread the love

La fin de longues heures d’attente. Dans l’après-midi du samedi 31 juillet, le père de famille et son enfant de 8 ans, qu’il avait enlevé plus de 24 heures plus tôt, ont été retrouvés et interpellés par les gendarmes près du hameau des Sept-Saints sur la commune de Vieux-Marché (22). « On a eu un renseignement disant qu’ils avaient été aperçus dans ce coin, on a déplacé l’hélico, des chiens et le personnel », ont indiqué les gendarmes à l’AFP, précisant qu’il n’y a pas eu de « difficultés » lors de l’interpellation.

70 gendarmes mobilisés

Environ 70 gendarmes étaient mobilisés pour retrouver Dewi, qui avait été enlevé vendredi en fin de matinée à la Maison du département de Lannion. Déjouant la vigilance des services éducatifs en prétendant porter lui-même son fils jusqu’au véhicule de l’accompagnant, le père de Dewi, « s’est engouffré précipitamment avec lui dans une autre voiture garée à proximité et a pris la fuite par des manœuvres risquées », a détaillé Bertrand Leclerc, le procureur de Saint-Brieuc, dans le communiqué. Signalé à Tréguier, à l’est de Lannion, chez une connaissance qui a alerté les gendarmes, il « a été contraint d’abandonner son véhicule et de s’enfuir à pied avec l’enfant », selon le procureur. Les premières vérifications opérées à ses adresses connues étant restées vaines, et après des recherches terrestres et aériennes infructueuses, le dispositif alerte enlèvement a été déclenché tôt samedi.

Le père de l’enfant placé en garde à vue

L’homme de 38 ans n’a pas opposé de résistance lors de son arrestation. Il a été placé en garde à vue par les officiers de la PJ de la Direction interrégionale de Rennes pour « soustraction de mineur des mains de ceux qui exercent l’autorité parentale ou auxquels il a été confié », indique la préfecture, un délit passible d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende. C’est la PJ qui a été chargée des investigations judiciaires. Son enfant, qui fête ses 8 ans aujourd’hui, va être mis en sécurité.

Des craintes avant l’enlèvement

La préfecture précise que l’enfant, orphelin de mère, avait été placé car le père « avait mis en échec des tentatives d’accompagnement antérieures, ne collaborant pas à la mesure éducative et disparaissant sur de longues périodes avec le mineur, ainsi privé de soins adaptés et non scolarisé ». Depuis la dernière mesure de placement, décidée en juin, le père disait ressentir cette séparation « comme insupportable ». « Il avait un droit de visite mais, comme on dit, « médiatisé », c’est-à-dire qu’on ne le laissait pas seul avec l’enfant justement pour éviter qu’il puisse le récupérer », a dit le procureur. Le comportement plus rigide du père avait « alerté les services éducatifs. »

L’alerte enlèvement largement diffusée

Comme le prévoit le protocole, le message alerte enlèvement était largement diffusé sur de nombreux supports médiatiques samedi. Le plan « Alerte enlèvement » est un dispositif d’alerte massive et immédiate déployé pour aider à la recherche d’un enfant présumé enlevé. Il est largement inspiré du plan « Amber Alert », créé au Texas en 1996, après l’enlèvement et l’assassinat de la petite Amber Hagerman.

Adopté en France en février 2006, il consiste à mobiliser la population dans la recherche de l’enfant et de son ravisseur. L’alerte de samedi est la 25e. Une 26e alerte avait été déclenchée en 2008 mais levée avant même sa diffusion, l’enfant ayant été retrouvé à Nantes. La dernière alerte enlèvement remonte à avril dernier pour l’enlèvement de la petite Mia. La petite fille, qui était confiée à sa grand-mère, avait été kidnappée dans les Vosges par trois hommes à l’initiative de sa mère. L’enfant et sa mère avaient été retrouvées cinq jours plus tard dans un squat en Suisse, saines et sauves.

Il n’est activé que si plusieurs critères sont réunis : il faut un enlèvement avéré et pas une simple disparition, la victime doit être mineure, son intégrité physique ou sa vie doivent être en danger et des éléments d’information doivent permettre de la localiser.

Soutenez une rédaction professionnelle au service de la Bretagne et des Bretons : abonnez-vous à partir de 1 € par mois.
Je m’abonne

Leave a Reply