L’Europe est en décrochage numérique par rapport aux géants américains (Google, Apple, Facebook…) et chinois (Baidu, Alibaba, Tencent…). Pour preuve, Amazon investit 14,2 milliards d’euros par an pour la recherche et le développement… soit cinq fois plus que le budget du CNRS (3,3 milliards). L’Inria, qui se spécialise dans la recherche en informatique et l’intelligence artificielle, se contente de 230 millions chaque année.

Budgets minuscules

La France investit 9 milliards d’euros dans la recherche publique. C’est moins qu’Amazon, et bien moins évidemment qu’en additionnant les sommes colossales mises sur la table par les mastodontes étrangers du numérique. « Si la France veut cesser de reculer en technologie, il serait bon que ses dirigeants politiques arrêtent de confondre les millions et les milliards », pointe Laurent Alexandre dans L’Express, prenant pour exemple la région Ile-de-France qui va investir 20 millions d’euros pour devenir « leader mondial de l’intelligence artificielle ». C’est trop peu.

Pour Laurent Alexandre, « nous perdons la guerre technologique ». Aucune entreprise européenne n’est en mesure de rivaliser avec un concurrent américain ou chinois au niveau de l’intelligence artificielle, regrette-t-il encore.

Pourtant, les résultats des investissements dans l’intelligence artificielle et, plus généralement, dans les technologies numériques sont probants ; il n’y a qu’à jeter un œil sur les chiffres d’affaires de ces grands groupes. « Les Européens préfèrent geindre et accuser les géants du numérique de tous les maux », accuse l’entrepreneur, sans doute en allusion à l’optimisation fiscale et à l’exploitation des données.

Pour rattraper le retard européen, Laurent Alexandre propose de créer des « plateformes numériques » communes, ce qui ne sera pas aisé en raison des régulations nationales : « la Cnil est sans doute remarquable, mais il y a 27 agences équivalentes en Europe… ce qui est ingérable ». L’Europe compte une centaine d’opérateurs télécoms, contre « trois ou quatre aux États-Unis et en Chine ».

Ce coup de gueule contre le manque d’ambitions financières de la France et de l’Europe en matière de R&D sera-t-il entendu ? Le gouvernement va mettre en place un fonds pour l’innovation doté de 10 milliards d’euros. C’est encore insuffisant pour rendre la monnaie de leur pièce aux GAFA… Dans ce domaine, un travail en commun entre Européens semble effectivement indispensable.

Let a comment