C’est une nouvelle fois au tour du Google Play Store d’être épinglé concernant les mauvais élèves qui pullulent dans son magasin. Une étude de l’International Computer Science Institute  (relayé par CNET)indique en effet que 17 000 applications Android collectent en permanence les données de leurs utilisateurs.

Lorsqu’elles sont installées, ces dernières associent votre identifiant publicitaire, représenté par un numéro unique censé permettre de personnaliser les pubs que vous voyez sur le web, à d’autres identifiants. C’est notamment le cas de l’adresse MAC (situé dans la carte réseau), de l’IMEI (le numéro « d’identité » du mobile) ou encore de votre identifiant Android.

Cette association est mise en place sans l’accord de l’utilisateur, ce que Google interdit formellement. Le processus permet en effet aux agences de publicité d’affiner un peu plus le profil des utilisateurs pour mieux les cibler. La firme de Mountain View a tenu a précisé qu’elle se penchait sur le cas.

« Nous examinons en permanence les applications, y compris celles répertoriées dans le rapport, et prendrons les mesures qui s’imposent en cas de violation de nos règles. »

Plus problématique encore, certaines des applications incriminées ont déjà été téléchargées des centaines de milliers (voire millions) de fois. Serge Egelman, le chercheur qui a dirigé l’enquête, a même dressé la liste des 20 applications les plus téléchargées concernées par ces accusations.

On y retrouve par exemple Temple Run 2, Angry Birds Classic, Clean Master,Audiobooks from Audible ou encore Flipboard. Le célèbre agrégateur de réseaux sociaux a cependant expliqué ne pas utiliser cet identifiant à des fins publicitaires.

Let a comment