Zones en “circulation active” du coronavirus: quelles mesures peuvent prendre les préfets? – BFMTV

Spread the love

Paris et les Bouches-du-Rhône ont été classés vendredi en zone de circulation active du coronavirus. Une disposition qui permet aux préfets de prendre des mesures restrictives, notamment de limiter les déplacements.

L’ombre d’une seconde vague de l’épidémie de coronavirus continue d’inquiéter en France. Alors que le nombre de personnes atteintes sur le territoire augmente, avec 2.846 nouveaux cas en 24 heures ce vendredi, les autorités sanitaires scrutent avec attention la situation à Paris et dans les Bouches-du-Rhône.

La capitale et le département, “particulièrement à risque”, ont été classés ce vendredi zones “de circulation active du virus”. Ce dispositif permet aux préfets de prendre des mesures supplémentaires pour lutter contre l’épidémie, en concertation avec les élus, par un décret publié vendredi au Journal officiel.

Parmi elles, des limitations de la circulation, fermer les bars ou restaurants ou encore restreindre les rassemblements.

• Restreindre les rassemblements

Pour limiter la propagation du coronavirus, les préfets peuvent décider de restreindre les rassemblements. C’est d’ailleurs la première mesure qu’a pris la préfecture de police de Paris. Ce vendredi, elle a annoncé que tous les rassemblements et manifestations de plus de dix personnes qui ne garantiront pas le respect des mesures barrières seront interdits à Paris dès ce samedi matin.

• Limiter les déplacements à 100 km autour de chez soi

Comme lors du déconfinement, les préfets pourraient interdire de se déplacer dans un rayon supérieur à 100km autour de chez soi, ou de quitter le département.

“Le préfet de département peut, dans les zones de circulation active du virus, interdire les déplacements de personnes conduisant à la fois à sortir d’un périmètre défini par un rayon de 100 kilomètres de leur lieu de résidence et à sortir du département dans lequel ce dernier est situé”, peut-on lire dans le décret.

En revanche, les mêmes dérogations que pendant le confinement resteraient présentes comme les trajets professionnels ne pouvant être reportés, les déplacements pour raisons de santé ou un motif familial impérieux.

• Décider la fermeture des lieux publics

Les préfets peuvent aussi décider la fermeture totale ou partielle des lieux recevant du public, qu’il s’agisse des salles de spectacle, des cinémas, des musées, mais aussi des bars et restaurants. Ces derniers pourront tout de même ouvrir, comme pendant le confinement, pour de la vente à emporter.

• Fermer les écoles

Alors que la rentrée scolaire approche, et que le protocole sanitaire a été assoupli dans les écoles, les préfectures pourraient décider de refermer les écoles primaires, collèges et lycées. La même mesure pourrait être prise pour les universités.

Cyrielle Cabot Journaliste BFMTV

Leave a Reply