Yvon Exbrayat, disparu avec son épouse dans le Cantal est originaire des Estables en Haute-Loire – L’Eveil de la Haute-Loire

Spread the love

Âgé de 51 ans, Yvon Exbrayat, un homme d’1,90 m, à la corpulence normale, aux cheveux rasés poivre et sel avec une calvitie prononcée, portant habituellement une barbe de trois jours, n’est pas réapparu à son domicile de Ségur-les-Villas depuis le 17 novembre. L’homme, travaillant dans l’industrie du bois, est parti à bord d’un camion grumier.

Son épouse, Jennifer Exbrayat (née Tourte), une femme de 36 ans, mince, mesurant 1,52 m, aux cheveux mi-long et châtain foncés, a alors prévenu les gendarmes. Leur expliquant qu’il avait quitté le domicile conjugal après une dispute. 

Double disparition

Après une semaine d’investigations, elle disparaissait à son tour, le 23 novembre. C’est leur fille, âgée de treize ans, qui a alerté la gendarmerie. Elle a découvert la maison familiale vide en rentrant ce jour-là, sa mère étant partie en laissant son téléphone portable. Un fourgon blanc à benne de la marque Isuzu appartenant au couple manquait aussi.Une maison au bout du monde.

Des événements étranges, même si la piste criminelle n’est pas privilégiée par les enquêteurs. Le parquet d’Aurillac a quand même décidé d’ouvrir une information judiciaire. Depuis, les gendarmes ont retrouvé le camion grumier, samedi 27 novembre, sur la commune de Vernols (Cantal). Il contenait les papiers et le téléphone portable d’Yvon Exbrayat.

Le temps s’est figé à « Blatvaissière » où le couple était installé. Une impression accentuée par la couche de neige tombée sur le hameau escarpé et isolé, surplombant la RD 3 qui relie Murat à Riom-ès-Montagnes. Une neige immaculée sur la route étroite.

Drapeau tricolore et gilet jaune

Car les seuls habitants du village, les propriétaires de l’imposante bâtisse mêlant pierre et bois qui surplombe d’autres maisons plus traditionnelles, ne sont plus là.
Il ne subsiste d’eux que quelques signes. Un drapeau bleu blanc rouge et un gilet jaune, battus par le vent. Un panneau indiquant que la maison est sous surveillance et un autre indiquant « interdit aux cons. » Ambiance… Reste aussi un colis qui prend la neige. Ce colis, Yvon et Jennifer Exbrayat ne l’ont pas ramassé, car ils ont disparu.

La thèse criminelle écartée

Une information judiciaire a été ouverte par le parquet d’Aurillac qui, à ce stade, ne souhaite pas commenter l’enquête en cours, menée par la gendarmerie de Murat et la brigade de recherches de Saint-Flour. Seule certitude, pour l’heure, aucun indice n’accrédite la thèse criminelle. Si l’histoire interpelle, elle n’a pas non plus franchement ému dans les environs.

La famille Exbrayat aux Infruits

Le couple était arrivé dans la commune il y a quelques années. Lui, 51 ans, tient une entreprise forestière, Cantal bois. Une profession qu’il exerçait déjà où il résidait auparavant, dans les environs de Montbrison (Loire), avant que sa société ne soit placée en liquidation judiciaire. Il est originaire du village d’altitude des Estables en Haute-Loire. La maison familiale se situe du côté des Infruits. Dans le hameau exposé à la burle, la famille s’est établie dans “la ferme de Jean”, du prénom de son père, octogénaire à présent. Philippe Brun, le maire de la commune, se souvient d’un garçon discret. “Cela fait plus de vingt ans qu’on ne l’a pas vu ici” commente l’élu.La bâtisse était ultra sécurisée.

Elle, 37 ans ce 3 décembre, originaire du bassin de Commentry (Allier), est naturopathe, réflexologue et magnétiseuse. Leurs deux activités sont domiciliées dans leur maison ultra-sécurisée, qu’ils quittaient peu. Ainsi, à Ségur-les-Villas, on ne les connaît que peu, voire pas du tout. Ils ne passaient toutefois pas inaperçus car, selon une habitante,

Ils étaient régulièrement visités par les gendarmes, surtout depuis le printemps 

Dette

Autour de Murat, leur réputation a plutôt trait aux finances en raison des dettes qu’ils ont contractées auprès de plusieurs artisans et commerçants. A contrario, ils avaient pris leurs habitudes, vers la fin de l’été jusqu’à mi-septembre, dans un restaurant d’une commune avoisinante. Et si leur réputation de mauvais payeurs les avait précédés, ils avaient toujours réglé leurs notes. Leur personnalité n’a guère plus attiré l’attention.

Un abandon, déjà

Une partie de l’affaire suscite également une importante interrogation : pourquoi Yvon et Jennifer Exbrayat ont-ils disparu en laissant leur fille ? Un élément de réponse tient peut-être dans leur passé. Ils ont un autre enfant – un fils âgé de 12 ans – qu’ils ont abandonné depuis leur arrivée dans le Cantal et qui a été placé depuis. Une étrangeté de plus autour de ce couple hors normes.

Les gendarmes de Murat et la brigade de recherche de Saint-Flour, en charge de l’enquête, peuvent être joints au 04.71.20.04.80 par toute personne disposant d’informations sur le couple.

Yann Bayssat

Leave a Reply