Windows 11 sur un PC incompatible : mon retour d’expérience après 3 mois

Spread the love

Tout comme moi, vous êtes nombreux à avoir installé Windows 11 sur un PC incompatible et certains d’entre vous hésitent encore à franchir le pas. Cela fait désormais trois mois que je teste Windows 11 sur mon PC, et j’avais donc envie de partager avec vous mon retour d’expérience. Vous retrouverez dans cet article les difficultés que j’ai rencontrées et comment je les ai surmontées. Je vous dirai également comment je vois l’évolution de Windows 11 sur un PC incompatible.

Préparation du PC encore sous Windows 10

Lorsque j’ai exécuté PCHealthCheck pour la toute première fois afin de savoir si mon PC était compatible ou non avec Windows 11, plusieurs avertissements se sont affichés. Le premier concerne mon processeur visiblement trop vieux pour accueillir le nouveau système, un Intel Core i7-6700 de sixième génération. Pour rappel, Microsoft prend uniquement en charge les processeurs Intel de huitième génération et quelques exceptions de septième génération notamment pour supporter son Surface Studio. Le second facteur bloquant concerne cette fois-ci l’absence de puce TPM 2.0 qui est un critère obligatoire pour recevoir Windows 11.

pc-health-check-rhteur

En ce qui concerne la puce TPM, je n’avais pas la possibilité de l’activer dans le BIOS puisque l’option n’était tout simplement pas présente sur ma carte mère (Asus Z170 Pro Gaming). Seule solution : acheter une puce TPM, ce que j’ai fait le jour de l’annonce de Windows 11 en juin dernier, sentant que ce composant allait devenir une denrée rare. J’ai donc trouvé une puce TPM Asus sur un site spécialisé (en vérifiant bien le nombre de PIN qui peut varier selon les modèles). Je l’ai payée moins de 20 euros mais les prix ont complètement flambé depuis au point que je me demande s’il est réellement intéressant d’en acheter une aujourd’hui.

Une fois installée sur la carte mère, j’ai suivi ce tutoriel (en anglais) pour convertir mon disque MBR en GBT afin de pouvoir switcher en UEFI. J’ai ensuite activé le Secure Boot dans le BIOS et Windows 10 a bien démarré avec succès. Si vous souhaitez faire de même, je vous conseille de bien sauvegarder vos données avant. Ce processus est rapide et relativement peu risqué, mais si une panne de courant survient au mauvais moment, vous risquez de tout perdre. Faites donc très attention !

windows-11-incompatible

Mise à niveau vers Windows 11

Une fois Secure Boot et TPM activé, j’ai relancé PCHealthCheck pour contrôler ce qui était encore incompatible avec Windows 11 et sans surprise, mon processeur n’était toujours pas pris en charge. Voyant que ce critère n’était pas indispensable pour mettre à niveau mon PC vers Windows 11, j’ai donc décidé de switcher vers le programme Insider afin de recevoir le nouveau système d’exploitation. Il existe d’autres méthodes et je vous renvoie vers cet article pour les découvrir.

S’il n’est pas possible pour vous d’acquérir une puce TPM ou d’en installer une dans votre PC, vous devrez alors forcer la mise à jour vers Windows 11 avec une manipulation pas du tout officielle. Un joli tuto a été rédigé par l’un de nos lecteurs dans le forum afin d’aider à installer Windows 11 sans puce TPM et Secure Boot. A l’heure où j’écris ces lignes, cela fonctionne mais attention que vous pouvez vous retrouver avec un PC qui ne peut plus recevoir de mise à jour. C’est également le cas si vous installez Windows 11 alors que le processeur n’est pas supporté, mais le risque est moindre selon moi.

Windows 11 fonctionne-t-il correctement sur un PC incompatible ?

Oui, Windows 11 fonctionne parfaitement bien sur mon PC tout comme sur ma Surface Pro 4, également incompatible à cause de son CPU Intel Core i5 de sixième génération. Je n’ai constaté aucun lag, et aucune perte de performances par rapport à Windows 10. Les seuls écrans bleus que j’ai rencontrés ont été causés par un mauvais profil XMP configuré dans le BIOS. Une fois cela réglé, je n’ai plus constaté aucune anomalie sur Windows 11 qui tourne à merveille sur mon PC. Parmi les nouveautés, j’apprécie particulièrement la meilleure gestion des fenêtres d’autant plus depuis que j’ai acheté un écran large de 34 pouces.

PCARNAUD-2021-jun-24-012

Qu’en est-il des mises à jour sur les PC incompatibles ?

J’avais déjà exposé mon point de vue sur cette question dans un ancien article, mais j’ai envie d’aller un cran plus loin d’autant plus que la première mise à jour cumulative de Windows 11 a été distribuée hier. Alors, votre PC incompatible restera-t-il à jour sur Windows 11 ? C’est la grande question du moment !

Les mises à jour cumulatives jusqu’à octobre 2023, au moins 

Comme Microsoft avait indiqué que les PC incompatibles sous Windows 11 risquaient de ne plus recevoir de mise à jour, beaucoup d’utilisateurs étaient inquiets hier lors de la réception de la première mise à jour cumulative. Fort heureusement, tout s’est bien déroulé puisque KB5006674 a été proposé sans aucun problème via Windows Update, tant sur les PC disposant d’un processeur trop ancien que sur ceux qui n’embarquent pas de puce TPM.

windows-11-cumulative-update

Est-ce que cela va durer ? C’est une question assez complexe puisque je n’ai pas connaissance de ce que nous prépare Microsoft par la suite, mais je pense que les PC incompatibles recevront bien les mises à jour cumulatives pendant encore un certain temps. Pourquoi je le pense ? Car l’objectif de Microsoft reste que les PC soient un maximum sécurisé. Même Windows 7, actuellement plus supporté, continue à recevoir des mises à jour pour combler des failles. Stopper les mises à jour cumulatives exposerait donc de nombreux PC et serait en contradiction avec l’objectif de Microsoft.

En se référant à la documentation de Windows 11, on voit d’ailleurs que la version originale de Windows 11 est supportée jusqu’au 10 octobre 2023 pour les particuliers, et au 8 octobre 2024 pour les entreprises. Je suis donc convaincu que les mises à jour cumulatives seront distribuées pendant encore un long moment. Cependant, là où cela risque de coincer à mon sens, concerne les futures mises à jour de fonctionnalités

Les mises à jour de fonctionnalité restent incertaines

La prochaine mise à jour de fonctionnalité de Windows 11 devrait avoir lieu en automne 2022. Pour rappel, le cycle de mise à jour de Windows 11 est passé de 6 mois à un an. Vous ne recevrez donc plus qu’une seule mise à jour de fonctionnalité annuelle. Cela étant, pourquoi cela pourrait coincer dans le futur avec les PC incompatibles sous Windows 11 ? Je vois plusieurs raisons :

  • Les mises à jour de fonctionnalité pourraient être réservées aux PC modernes
    Avec Windows 11, Microsoft a séparé l’interface graphique avec la couche système. En clair, elle pourra évoluer indépendamment du reste du système. C’est, pour moi, les prémices d’un Windows que Microsoft veut de plus en plus modulariser. Si Microsoft poursuit son travail, certains processeurs d’ancienne génération pourraient ne pas disposer de certaines fonctionnalités notamment liées à la virtualisation. Cela va de pair avec les drivers modernes absents des PC trop vieux qui pourraient occasionner des problèmes de compatibilité avec certains développements du système à venir. La firme pourrait donc décider de ne plus distribuer les mises à jour de fonctionnalité aux PC incompatibles ou alors, certaines fonctionnalités à venir de Windows 11 ne seront pas disponibles sur les anciens PC.
  • Certains jeux pourraient ne plus fonctionner

    La présence d’une puce TPM et du Secure Boot permettent d’empêcher les virus d’affecter le système au démarrage. Disposer de ces technologies permet donc de profiter d’une meilleure sécurité. Microsoft pourrait donc très bien ne plus offrir de solution de contournement dans le futur, et obliger la présence de cette puce pour pouvoir recevoir des mises à jour… mais ce risque me paraît assez limité. Ce qui me le fait dire, c’est notamment le fait que Microsoft explique directement sur son site de support comment contourner la vérification de la puce TPM. Le problème concerne plutôt les gamers à mon sens. Certains éditeurs de jeux commencent déjà à vérifier sur Windows 11 la présence d’une puce TPM afin notamment d’améliorer leur système antitriche. Si cela est adopté, les utilisateurs sur un PC sans puce TPM pourraient donc ne plus jouer à leurs jeux favoris ou être bannis s’ils ont utilisé des solutions de contournement pour continuer à y jouer.
  • Les anciens PC risquent d’être pénalisés d’un point de vue performances

    Microsoft souhaite activer par défaut une fonctionnalité de sécurité auparavant réservée aux entreprises malgré le fait qu’elle peut causer jusqu’à 30% de performances en moins dans les jeux. Je ne sais pas si les nouveaux PC seront autant impactés que les anciens, mais l’ajout de couches sécuritaires à Windows pénalisera probablement beaucoup plus les PC qui embarquent d’anciens processeurs. Fort heureusement, VBS est désactivable (pour le moment). Qu’en est-il si Microsoft n’offre plus cette possibilité dans une future mise à jour ? Une grosse perte de performances à la clé !

Voilà pour ce petit retour d’expérience qui, je l’espère vous éclairera sur le fait de passer, ou non, à Windows 11. Dans tous les cas, je rappelle que Windows 10 restera encore supporté pendant logntemps donc votre PC n’est pas à jeter à la poubelle si vous ne pouvez pas, ou ne voulez pas le mettre à niveau. N’hésitez pas à donner votre avis et partager votre expérience dans les commentaires si vous avez testé Windows 11 !

Leave a Reply