Windows 10 avec Arm : ce que vous devez savoir avant d'acheter un Surface Pro X

L’une des annonces les plus attendues de l’événement Surface de Microsoft à New York la semaine dernière était le Surface Pro X. Ce dernier membre de la famille Surface Pro est alimenté par un processeur Arm, ce qui devrait se traduire par une autonomie de batterie nettement plus longue et une connectivité 4G plus facile.

Autre sujet à prendre en considération : le tout premier appareil Surface, Surface RT, était alimenté par un processeur Nvidia Arm. Il est donc facile de confondre Windows 10 avec Arm avec son prédécesseur, Windows RT, qui a été développé pour ce périphérique.

Il faut être clair sur ce point : Windows 10 avec Arm n’est pas Windows RT. Cet ancêtre (du moins en termes techniques) se limitait aux applications du Microsoft Store, plus une version spécialement compilée de Microsoft Office. En revanche, Windows 10 sur Arm est un membre à part entière de la famille Windows 10, capable d’exécuter la plupart des applications de bureau Windows sans modification.

La plus grande restriction, du moins pour l’instant, est que ces applications de bureau fonctionnent avec un émulateur 32 bits, même si les processeurs Arm sont 64 bits. Cela peut causer quelques problèmes mineurs, mais ce n’est pas un un véritable souci.

Si vous vous attendez à ce qu’un ordinateur portable Windows à base d’Arm corresponde dans les moindres détails à un PC classique à base d’Intel, vous pourriez être déçu. Mais si vous le considérez plutôt comme un appareil mobile qui fait presque tout ce qu’un ordinateur portable classique peut faire tout en doublant l’autonomie de la batterie, la proposition de valeur devient plus claire.

Pour comprendre où se situe le Surface Pro X dans ce domaine, il est utile de comprendre comment nous en sommes arrivés là.

Un bref historique de l’ordinateur “toujours connecté”

Microsoft a annoncé son intention de mettre Windows 10 sur architecture Arm en 2016, et le premier de ces PC dits “toujours connectés” (comme un smartphone) a été annoncé un an plus tard, lors du Qualcomm Snapdragon Tech Summit fin 2017.

A cette époque, Windows RT n’était plus qu’un lointain souvenir. Microsoft avait plutôt consacré une quantité massive de ressources de développement à faire fonctionner Windows 10 sur les processeurs Arm. Une grande partie de ce travail a été effectuée au service de Windows 10 Mobile, mais parce que ce produit maintenant caduque partageait le même noyau que Windows 10 sur PC, il est toujours d’actualité.

La prise en charge de Windows 10 sur Arm est arrivée avec la version 1709 de Windows 10, dont les appareils fonctionnant sous cette version ont été rendus disponibles mi-2018.

Ces machines de première génération ont offert une expérience peu impressionnante. Mais les mises à niveau du matériel pour la deuxième génération, annoncées à la fin de 2018, ont entraîné une amélioration notable des performances.

Au cours des six derniers mois, j’ai utilisé l’un de ces appareils Windows de deuxième génération basé sur Arm, le Lenovo C630, qui est alimenté par un processeur Qualcomm Snapdragon 850. Il n’est pas parfait, et je ne le recommanderais pas à moins que vous n’en compreniez ses limites. Mais dans l’ensemble, c’est un compagnon de voyage intéressant, et cela m’a aidé à comprendre exactement comment Windows sur Arm fonctionne.

La boîte A propos de Windows 10 identifie correctement le processeur Arm de cet appareil.

Même si vous n’avez pas facilement accès à l’un de ces périphériques, vous pouvez toujours lire la documentation officielle de Windows 10 sur Arm. Elle s’adresse principalement aux développeurs, mais elle contient également d’excellents documents de référence qui expliquent le fonctionnement de la plate-forme, avec des liens vers une section intéressante sur le fonctionnement de l’émulation x86.

Cette section sur les applications vaut particulièrement la peine d’être lue : “Windows 10 sur ARM exécute toutes les applications UWP x86, ARM32 et ARM64 du Microsoft Store. Les applications ARM32 et ARM64 s’exécutent nativement sans aucune émulation, tandis que les applications x86 fonctionnent sous émulation.

[…]

En plus des applications UWP, Windows 10 sur ARM peut également exécuter vos applications Win32 x86 (comme Adobe Reader) sans modification, avec de bonnes performances et une expérience utilisateur transparente, comme tout PC. Ces applications x86 Win32 n’ont pas besoin d’être recompilées pour ARM et ne réalisent même pas qu’elles fonctionnent sur un processeur ARM. Notez que les applications x64 Win32 64 bits ne sont pas prises en charge, mais la grande majorité des applications ont toutes des versions x86 de leurs applications, donc du point de vue de l’utilisateur, choisissez simplement l’installateur x86 32 bits pour Windows sur PC ARM”.

Notez que ces limitations s’appliquent également aux pilotes de périphériques, qui doivent être compilés pour Arm. Pour certaines applications 32 bits présentant des problèmes de performances ou d’émulation, vous pouvez utiliser le dépannage de compatibilité de programme (Program Compatibility Troubleshooter) intégré sur un périphérique Windows 10 sur Arm pour régler les paramètres de compatibilité.

Windows sur ARM en action

Rien ne diffère côté matériel entre le Lenovo C630 d’un ordinateur portable standard à base d’Intel, à l’exception peut-être de l’emplacement de la carte SIM sur le côté gauche, derrière le deuxième connecteur USB Type-C. (Cet appareil prend également en charge la fonction eSIM (uniquement logicielle), qui déverrouille certaines des fonctions de connectivité les plus intéressantes de l’appareil).

De même, après avoir démarré ce périphérique, installé Office 365 et exécuté un ensemble standard de tâches de productivité, vous ne remarquerez rien d’inhabituel. Tous les outils et paramètres système intégrés sont familiers, le SSD est chiffré par BitLocker et les périphériques Plug and Play fonctionnent exactement comme prévu. J’ai même mis à niveau la version préinstallée de Windows 10 Famille en mode S vers Windows 10 Entreprise sans problème.

Le problème, c’est que l’émulation x86 ne supporte que les applications de bureau 32 bits. Les applications Windows intégrées, y compris Explorer.exe, sont des applications 64 bits complètes, tout comme les applications UWP compilées pour Arm et fournies par le magasin. Mais les applications de bureau Windows 64 bits ne s’installent pas, même si elles sont reconditionnées et proposées par le Windows Store.

Cette restriction peut causer une certaine confusion, surtout lorsque les sites Web proposent automatiquement une version 64 bits d’un programme desktop ou d’un pilote de périphérique Windows. Dans ce cas, vous devrez peut-être creuser un peu pour trouver et télécharger la version 32 bits.

Ceci dit, c’est de moins en moins un problème. Mozilla Firefox et Google Chrome, par exemple, proposent la bonne édition 32 bits lorsque vous visitez leurs pages de téléchargement sur un PC équipé de Windows 10 sur Arm. Il en va de même pour Microsoft Office 365. Vous êtes particulièrement susceptible de rencontrer ce problème avec les anciens programmes de bureau et utilitaires Windows qui ne vérifient pas correctement la version Windows.

Sur un appareil fonctionnant sous Windows 10 sur Arm, Google propose la bonne version de Chrome.

Vous aurez un problème beaucoup plus important avec les applications qui ne sont disponibles qu’en version 64 bits. La seule façon d’exécuter les applications Creative Cloud d’Adobe, par exemple, est de se connecter sur le site Web d’Adobe et de trouver les versions 32 bits 2018.

C’est peut-être l’une des raisons pour lesquelles Adobe était sur scène avec Microsoft annonçant que son application de dessin/peinture Fresco, sortie le mois dernier pour iPad Pro et Apple Pencil, serait disponible sur le Surface Pro X.

De même, mon application Twitter préférée, Tweeten, n’est disponible qu’en version Windows 64 bits, disponible en téléchargement autonome ou via le magasin Windows. Sur cet appareil, aucune option ne fonctionnera.

Malgré tout, même avec les ressources adéquates, le surcoût de l’émulation et l’affichage graphique relativement  faibles sur un PC avec Arm signifient que la performance est un problème pour tout ce qui va au delà des tâches de productivité basiques et la lecture de vidéos.

Si vous acceptez cette limitation comme un compromis raisonnable pour une durée de vie de la batterie beaucoup plus longue, vous serez heureux avec un PC sous Arm. Si, d’un autre côté, vous êtes ennuyés par des retards de quelques centaines de millisecondes ici et là, eh bien, ne dites pas que je ne vous ai pas prévenu.

L’avantage de Arm

Les deux plus grands avantages de la plate-forme Arm, selon mon expérience, sont la durée de vie de la batterie et la connectivité. Cela ne devrait pas être une surprise ; la plate-forme Arm a été, après tout, conçue pour être utilisée dans les appareils mobiles, où ces attributs sont absolument fondamentaux.

J’ai lancé un rapport d’état de la batterie à l’aide de l’utilitaire powercfg de Windows 10 pour obtenir une mesure précise des tendances à long terme de l’utilisation de la batterie sur le Lenovo C630. La durée de vie moyenne de la batterie pendant cette période était impressionnante, à près de 11 heures. En pratique, cela se traduit par 18 heures d’utilisation régulière avec des pauses occasionnelles.

En ce qui concerne la connectivité, le Lenovo C630 offre à la fois un emplacement SIM standard et la capacité eSIM. En outre, la prise en charge de la connectivité LTE (4G) est intégrée au système d’exploitation.

Un échantillon de plans de données européens proposés via l’interface Windows 10.

Sur cet appareil Lenovo, je peux utiliser une carte SIM physique classique pour accéder aux données dans mon pays, puis passer à l’eSIM pour accéder à un forfait données en 4G à l’étranger. Pour un prochain voyage en Espagne, par exemple, je prévois d’acheter un paquet de 10 Go de données 4G, valable 30 jours, chez Ubigi ; cette couverture utilise les réseaux Orange Espagne et Yoigo.

Au cours des six derniers mois, j’ai testé la 4G intégrée avec des cartes SIM de quelques opérateurs américains, dont AT&T, Verizon et Google Fi (qui utilise le réseau T-Mobile exclusivement pour cette application, plutôt que l’approche multi-réseaux utilisée sur les téléphones compatibles Fi). J’ai également essayé le service d’Ubigi aux États-Unis, où un forfait d’une journée de 500 Mo coûte 5 $ et un forfait mensuel de 2 Go coûte 69 $ pendant six mois ; la couverture était étonnamment bonne.

Le plus grand avantage de la technologie 4G intégrée par rapport à un smartphone est qu’elle ne nécessite pas la friction de l’activation ou de la désactivation de la fonction de captation, et elle n’affecte pas non plus la durée de vie de la batterie du smartphone.

Windows 10 peut également basculer automatiquement entre les réseaux 4G et Wi-Fi en fonction de leur puissance relative ; en revanche, le raccordement à un smartphone nécessite de choisir ce réseau plutôt qu’un autre.

Utilisez le bouton situé en haut de cette boîte pour basculer entre la carte SIM physique et la carte eSIM.

Microsoft a déjà livré deux modèles Surface avec support Advanced LTE, de sorte que la technologie devrait fonctionner comme prévu. Reste à voir comment la puce Microsoft SQ1 Arm (développée en partenariat avec Qualcomm) va affecter la durée de vie de la batterie.

Microsoft affirme que le Surface Pro X permettra “jusqu’à 13 heures d’utilisation standard de l’appareil”, ce qui est plus que les “jusqu’à 10,5 heures d’utilisation standard de l’appareil” promis pour le Surface Pro 7.

Il convient de noter que la mesure de l'”utilisation standard d’un appareil” est un changement notable par rapport aux appareils Surface précédents. La Surface Pro 6, par exemple, affirmait “jusqu’à 13,5 heures de lecture vidéo en local”. La nouvelle mesure est-elle plus susceptible de refléter l’utilisation observée ? Cela reste à voir.

Article “Windows 10 on Arm: What you need to know before you buy a Surface Pro X” traduit et adapté par ZDNet.fr

Advertisements
Spread the love

Leave a Reply