On parle souvent des fake news sur Facebook, mais d’autres services de l’entreprise, dont WhatsApp, sont également très utilisés propager de la désinformation.

Si dans les pays occidentaux, la principale préoccupation de Facebook est les abus sur son réseau social, dans d’autres pays, comme l’Inde, c’est via les messages WhatsApp que la désinformation est relayée.

Afin de remédier à cela, au mois de juillet, Facebook a décidé de limiter le nombre de fois qu’un utilisateur peut relayer un message à 20.

Auparavant, il était possible de relayer un même message à 256 personnes.

En Inde, le pays le plus concerné par la désinformation via WhatsApp, cette limite a même été réduite à 5 transferts.

Sur le Sous-Continent, des rumeurs propagées sur WhatsApp ont provoqué des lynchages publics.

De plus, lorsqu’un message est transféré mais pas rédigé, WhatsApp le fait savoir au destinataire.

Plus que 5 transferts possible

Aujourd’hui, toujours afin de limiter la propagation des fake news sur WhatsApp, l’entreprise annonce que désormais, on ne peut transférer un message que 5 fois, dans le monde entier.

Une nouvelle restriction qui permettra de limiter un peu plus les partages de rumeurs et de désinformations.

Contrairement aux statuts sur Facebook, les messages sur WhatsApp ont un caractère privé. D’autre part, ces messages sont chiffrés.

De ce fait, il est quasiment impossible de contrôler les contenus des messages échangés et transférés. Le seul moyen de lutter contre la désinformation via l’application est donc d’imposer des restrictions sur les transferts de messages.

Ces nouvelles mesures sont annoncées alors que récemment, une étude indépendante a indiqué qu’actuellement, l’application mobile de WhatsApp compte plus d’utilisateurs actifs par mois que celle de Facebook.

(Source)

Let a comment