Week-end de Pâques et déplacements: faut-il craindre une explosion des contaminations? – BFMTV

Spread the love

Alors que de nombreuses personnes quittent leur domicile ce week-end pour rejoindre leur famille ou une résidence secondaire, certains maires, notamment dans les villes côtières, et certains médecins s’inquiètent d’une possible hausse des contaminations liée au bassage de populations.

Les Français s’apprêtent à entrer dans une troisième période de confinement. Mais avant cela, le gouvernement a décidé d’accorder “une tolérance” dans les déplacements d’ici à lundi soir, soit pendant tous le week-end de Pâques. L’objectif: permettre à ceux qui le peuvent d’aller se confiner où ils le souhaitent, ou aux parents d’aller faire garder leurs enfants par de la famille ou des proches.

Si le gouvernement a été clair, affirmant que cette tolérance ne s’appliquait pas “pour aller fêter Pâques”, les trains ont été pris d’assaut et de nombreux départs sont attendus pour ce week-end prolongé.

“Ces brassages sont très mauvais”

Ces mouvements de populations inquiètent certains médecins et élus, qui craignent une hausse des contaminations, notamment dans les zones actuellement peu touchées par l’épidémie.

“Le virus va être content mais la santé publique beaucoup moins”, déplore sur notre antenne l’épidémiologiste et biostatisticienne Catherine Hill. “Si vous croisez des gens différents, vous augmentez votre risque d’attraper le virus”. Et d’insister: “tous ces brassages sont très mauvais!”

“Si on arrive dans un hôtel, on va croiser des gens qu’on ne connaît pas et cela va favoriser la circulation du virus. Même si on est dans sa maison de campagne, on va aller à la boulangerie du coin ou à la superette et on va croiser des gens que l’on ne croise pas d’habitude”, poursuit-elle.

Face à cette inquiétude, plusieurs maires, notamment des villes littorales, ont appelé les arrivants à respecter strictement les gestes barrières et à limiter au maximum les déplacements. Parmi eux, notamment, Franck Louvrier, maire de La Baule, dans les Pays-de-la-Loire. Interrogé sur notre antenne, ce dernier a notamment demandé le renfort de “CRS supplémentaires”, afin de pouvoir multiplier les “contrôles”.

“Je pense que c’est une bonne décision”

Si le risque induit par les brassages de la population a été plusieurs fois mis en avant par les médecins, certains soulignent aussi l’importance, pour le moral des Français, de laisser la possibilité de passer ces quatre semaines de restrictions dans les meilleures conditions possibles.

“Je pense que c’était une très bonne décision”, juge de son côté le professeur Djillali Annane, chef du service de réanimation de l’hôpital Raymond-Poincaré, dans les Hauts-de-Seine. “C’est important que les gens puissent choisir l’endroit où ils vont passer le mois à venir, car cela va être un mois difficile, pour tout le monde.”

“La stratégie du président repose sur une confiance envers les Français”, affirme de son côté Jean-Michel Constantin, chef du service anesthésie-réanimation à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière. “Tout le monde a compris la situation, tout le monde est sous pression. Tout le monde sait que si nous ne sommes pas raisonnables, nous allons retarder la sortie de crise. Donc je ne suis pas inquiet. Et si quelques Français en profitent pour partir en week-end, cela ne sera pas dramatique”, selon lui.

À partir de mardi matin, les départs ne seront plus autorisés, sauf pour déposer un enfant chez un proche ou pour un motif impérieux.

Cyrielle Cabot Journaliste BFMTV

Leave a Reply