La barre de la température

Si on suit la logique généralement admise, les véhicules électriques sont une sorte d’eldorado notamment pour lutter contre le changement climatique. Plus besoin d’utiliser des véhicules utilisant des carburants fossiles. A la place, on mise sur l’électrique et avec le voitures autonomes, c’est la grande tendance des années à venir. Cependant, il pourrait bien être déjà trop tard…

En effet, si on en croit une étude relayée par « The Verge », les voitures électriques sont particulièrement sensibles aux basses températures. Concrètement, quand le mercure affiche moins de 20 degrés Fahrenheit, (entre -6 et -7° Celsius), l’autonomie d’une voiture électrique baisserait en moyenne de 41%. Pourquoi ? Tout simplement à cause du comportement des passagers du véhicule qui veulent augmenter la température dans l’habitacle, un comportement commun à tous les véhicules, mais qui se révèle dévastateur pour les voitures électriques.

Un frein à contourner pour les voitures électriques

L’immense vague de froid qui vient de toucher les États-Unis a permis de toucher du doigt le risque de la situation. Les températures jouent au grand écart à cause du changement climatique et les technologies imaginées ne sont déjà plus suffisantes.

Alors bien sûr, il n’est pas question de dire aux conducteurs de voitures électriques de ne pas toucher au chauffage de leur véhicule. D’autant que le même phénomène se produit dans le sens inverse. Quand la température atteint les 35°, c’est la climatisation du véhicule qui aurait les mêmes conséquences.

Concrètement, c’est le coût à la distance qui explose. Pour 1.000 miles, il faudrait ainsi compter 25 dollars supplémentaires. Un constat qui s’appliquerait de façon plutôt similaire sur les cinq véhicules concernés par l’étude : BMW i3, Chevy Bolt, Nissan Leaf, Tesla Model S, et Volkswagen e-Golf. Autant dire que toutes les entreprises sont concernées par le problème.

Source

Let a comment