Vous ne rêvez pas, la France vendra des Bitcoins dès demain

Spread the love

Ils seront mis en vente à un prix « entre 40 et 60 % » de leur cours actuel. Demain, dès 9 heures du matin, une mystérieuse vente de Bitcoins aura lieu en France, organisée par l’Agence de gestion de recouvrement des avoirs saisis et confisqués (Agrasc) et mis en place par Kapandji Morhange, une maison de vente aux enchères.

Non, vous ne rêvez pas, des Bitcoins seront bien vendus par un établissement public, de l’administration française. Un événement exceptionnel alors que les crypto-monnaies de plus en plus attractives aux yeux du grand public font débat dans les gouvernements.

La raison : une volonté de restituer pas moins de 611 Bitcoins saisis par l’Agrasc (certainement en 2019). Maintenant que Bitcoin dépasse les 50 000 dollars (son cours a enregistré son record historique à plus de 61 000 $), la vente permettra à la France d’empocher 28 millions d’euros, en partant du principe que chaque Bitcoin vendu demain matin sera négocié à un prix à son cours du moment.

Lire aussi – Comment acheter du Bitcoin ?

22 millions d’euros de plus-value

Selon un article des Echos, il ne serait pas à écarter que les différents lots des jetons numériques mis en vente se négocieraient au-delà du cours actuel. Le journal dit que certains acheteurs pourraient se prévenir de la croissance du cours de Bitcoin à très court terme.

La France devrait réaliser une plus-value considérable pour des Bitcoins ne lui appartenant pas. En 2019, le cours de la crypto-monnaies atteignait au mieux les 11 800 dollars. Cela représentait donc un peu plus de 6 millions d’euros. L’État devrait donc récupérer 22 millions d’euros à l’échange.

Mais attention : il faut noter que l’affaire sous-jacente à la saisie n’a pas encore rendu son verdict, et qu’en cas extrême, les Bitcoins de la vente pourraient être restitués à leurs anciens propriétaires.

Selon les chiffres révélés par Kapandji Morhange, il y aura 4 000 prétendants qui enchériront demain matin dès 9 heures. Les acheteurs potentiels se sont inscrits avant le 13 mars et participeront à l’événement sur la plateforme d’enchères française appelée Interancheres-Live. Bien connue des ventes judiciaires, celle-ci avait bien plus l’habitude de se voir des objets d’art négociés.

1

Leave a Reply