Advertisements

Votre post sur Facebook sur le Coronavirus a-t-il été supprimé ? Voici pourquoi

Spread the love
Votre post sur Facebook sur le Coronavirus a-t-il été supprimé ? Voici pourquoi

Au cours des dernières heures, les utilisateurs du réseau social ont signalé que leurs messages Facebook relatifs au Coronavirus avaient disparu.

Dans ces cas, les utilisateurs ont été informés que leurs messages violent les normes de la communauté Facebook, une notification passe-partout envoyée lorsque les messages sont supprimés car ils sont considérés comme faux, frauduleux ou imprégnés de désinformation.

Les normes communautaires de Facebook “décrivent ce qui est et n’est pas autorisé sur Facebook […] sur la base des commentaires de notre communauté et des conseils d’experts dans des domaines tels que la technologie, la sécurité publique et les droits de l’homme”. Les messages signalés pour violation de ces règles sont souvent liés à la violence, à des contenus extrémistes ou à des escroqueries.

publicité

Les modérateurs de Facebook sont rentrés chez eux, le machine learning laissé à lui même

Avec la confusion et l’anxiété entourant l’épidémie de COVID-19, il est plus important que jamais d’empêcher la diffusion d’informations trompeuses ou fausses — comme les messages qui prétendent que des produits spécifiques sont des remèdes ou qui affirment que la maladie respiratoire a été développée pour être une arme biologique. Cependant, de nombreux articles légitimes provenant de sources réputées ont également été retirés de la plate-forme de réseaux sociaux.

Les plaintes des utilisateurs ont afflué sur Facebook et Twitter, provoquant une vague d’accusations de censure, l’ancien responsable sécurité de Facebook Alex Stamos supposant de son côté que le problème était probablement causé par une “règle anti-spam détraquée”.

“Facebook a renvoyé hier des modérateurs de contenu chez eux, et ils ne peuvent  pas travailler à domicile en raison des engagements de confidentialité pris par l’entreprise” a tweeté l’expert en sécurité. “Nous pourrions voir le machine learning (de Facebook) devenir fou avec moins de surveillance humaine”.

Idem pour Youtube

Guy Rosen, le vice-président de l’intégrité de Facebook, a confirmé qu’il y avait un problème avec une règle anti-spam, ajoutant que le problème était “sans rapport avec les changements (survenus avec) notre personnel de modération de contenu”.

Si le problème est en voie de résolution, l’affaire met en évidence que si les modérateurs de contenu sont renvoyés chez eux, un manque de surveillance pourrait causer des problèmes de modération, conduisant à un scénario que tout réseau social veut éviter : une propagation rampante de contenu frauduleux.

Comme l’a noté Stamos, ce scénario serait difficile à vivre pour Facebook et d’autres entreprises du même type. Vous pouvez avoir une modération de contenu cohérente, vous pouvez être en mesure de protéger la vie privée en gardant les modérateurs de contenu dans des environnements informatiques contrôlés, ou vous pouvez protéger votre personnel en les renvoyant chez eux – mais pas les trois à la fois.

YouTube a déjà atteint ce point, avertissant les utilisateurs lundi que des systèmes automatisés prendront le relais des modérateurs humains incapables de travailler – et que, par conséquent, des erreurs sont à prévoir.

En outre, la plateforme de streaming vidéo a déclaré dans un article de blog que si les créateurs de contenu pourront faire appel des retraits, “les précautions que nous prenons en matière de main-d’œuvre entraîneront également des retards dans les examens des appels”.

“Nous serons également plus prudents quant aux contenus qui seront promus, y compris les flux en streaming” a ajouté YouTube. “Dans certains cas, le contenu non examiné peut ne pas être disponible via la recherche, sur la page d’accueil ou dans les recommandations”.

En début de semaine, Facebook, Google, LinkedIn, Microsoft, Reddit, Twitter et YouTube ont publié une déclaration commune, promettant que chaque géant technologique combattrait la désinformation autour du COVID-19.

Les entreprises travaillent désormais ensemble, avec la participation des agences gouvernementales de santé, pour lutter contre les fausses nouvelles.

Source : “ZDNet.com”

Advertisements

Leave a Reply