Vos développeurs démissionnent ? Et si c’était parce que votre code est tout simplement dégueu ?

Spread the love
Vos développeurs démissionnent ? Et si c'était parce que votre code est tout simplement dégueu ?

Les entreprises se battent pour garder les développeurs de logiciels. Et ce à un moment où de nombreux pros de l’IT envisagent de changer d’employeur.

Les développeurs sont généralement désireux de partir pour gagner plus d’argent, relever de nouveaux défis ou bénéficier d’options de travail plus souples. Mais une étude vient de mettre en évidence une autre raison pour laquelle vos ingénieurs pourraient vouloir quitter leur emploi : le mauvais code écrit par leurs collègues développeurs.

Les ingénieurs logiciels sont depuis longtemps confrontés à la “dette technique” créée par des pratiques de codage passées qui étaient peut-être intelligentes, mais aussi non documentées et exotiques. La dette technique est le prix payé pour soutenir les systèmes existants plutôt que de les réviser ou de mettre en œuvre un nouveau système plus performant.

publicité

Des millions de lignes de code écrites dans un ancien langage

Le terme peut tout couvrir, depuis un système bancaire central qui nécessite une décennie de corrections de bugs, jusqu’au choix du langage de programmation pour construire des back-end. Dans ce dernier cas, les mises à jour ultérieures du langage peuvent obliger les développeurs d’aujourd’hui à réécrire un vieux code écrit par d’anciens développeurs dans des conditions différentes et qui n’ont peut-être pas documenté ce qu’ils ont fait et pourquoi ils l’ont fait. C’est un gros problème pour les entreprises qui ont des millions de lignes de code écrites dans un langage.

Stepsize, une société qui se concentre sur la dette technique en suivant les problèmes de développement dans les principaux éditeurs de code, a mené une enquête assez restreinte, auprès de 200 ingénieurs logiciels, pour savoir pourquoi ils quittent leur emploi. Selon l’entreprise, 51 % des ingénieurs interrogés ont envisagé de quitter leur emploi ou l’ont quitté à cause de la dette technique.

Parmi ceux qui se sentent irrités par les problèmes de dette technique, quelque 20 % affirment que ce type de dette est la principale raison pour laquelle ils ont quitté une entreprise.

Le prix à payer quand on a oublié (volontairement) de documenter son code

Les résultats doivent être pris en compte dans leur contexte : le principal argument de l’entreprise est de tenter de résoudre les problèmes de dette technique auxquels elle est confrontée, mais dans le même temps, la dette technique peut être un domaine qui mérite une attention particulière, compte tenu de la difficulté d’embaucher et de retenir les ingénieurs logiciels.

« Compte tenu du coût de l’embauche de nouveaux ingénieurs, les entreprises doivent maintenir leur taux de rotation du personnel aussi bas que possible. Et la meilleure façon d’y parvenir est de gérer soigneusement la dette technique pour maintenir une base de code saine », explique Alex Omeyer, PDG de Stepsize.

La dette technique, ou « qualité du code et santé du codebase », est le quatrième problème le plus important cité par les répondants. Le salaire l’emporte toujours, 82 % d’entre eux le citant comme le « facteur le plus important » lors d’un entretien pour un nouveau poste. L’enquête a permis aux répondants de choisir plusieurs facteurs principaux.

Un code propre, cohérent et testable

« Les défis techniques et les possibilités de croissance » sont la deuxième priorité, 75 % l’ayant choisi comme l’un des facteurs les plus importants.

Quelque 68 % des répondants ont déclaré que le télétravail était la raison la plus importante, tandis que 62 % estiment que la « qualité du code et la santé de la base de code » sont parmi les facteurs principaux.

Le code doit être compris par les futurs employés. Il doit également être propre, cohérent et testable, note Stepsize, car cela influe sur la manière dont une base de code peut être maintenue à l’avenir.

« La définition de la qualité du code est très particulière pour chaque équipe d’ingénieurs et chaque produit. Cependant, chaque ingénieur veut écrire un code qui soit évolutif, performant, fiable et surtout facile à maintenir pour les futurs ingénieurs », explique Shamma Pathan, ingénieur logiciel principal chez LinkedIn, dans un communiqué.

Source : ZDNet.com

Leave a Reply