Voici comment les smartwatch peuvent faciliter le dépistage du COVID-19

Spread the love

Depuis le début de cette pandémie, de nombreux chercheurs ont essayé de trouver comment on peut utiliser les nouvelles technologies afin de limiter la propagation du virus. Et parmi les solutions qui sont aujourd’hui largement adoptées par les pays européens, il y a les applications de contact tracing comme TousAntiCovid, qui peut alerter son utilisateur si celui-ci a été exposé à une personne testée positive.

Sinon, de nombreux travaux ont également été réalisés afin de déterminer comment les accessoires connectés, comme les montres, peuvent détecter les signes du COVID-19. Il y a cinq mois, par exemple, la société Fitbit (qui appartient désormais à Google) a partagé les résultats préliminaires d’une étude réalisée avec une centaine de milliers d’utilisateurs.

Détecter les premiers signes plus tôt pour que les gens se fassent tester

Le but ? Développer un algorithme qui utilise les capteurs des montres de l’entreprise et qui serait capable de détecter les signes du COVID-19 le plus tôt possible. Et Fitbit aurait trouvé que ses produits peuvent détecter près de la moitié des cas de COVID un jour avant la déclarent de l’apparition de symptômes.

« Ceci est important, car les gens peuvent transmettre le virus avant de se rendre compte qu’ils ont des symptômes ou lorsqu’ils ne présentent aucun symptôme. Si nous pouvons faire savoir aux gens qu’ils doivent se faire tester un jour avant le début des symptômes, ils peuvent s’isoler et se faire soigner plus tôt, contribuant ainsi à réduire la propagation du COVID-19 », avait expliqué un responsable.

Une nouvelle étude américaine réalisée avec l’Apple Watch

Et cette semaine, une nouvelle étude montre l’utilité que pourraient avoir les montres connectées dans la lutte contre la propagation du virus. Celle-ci a été réalisée par des chercheurs de l’Icahn School of Medicine at Mount Sinai (États-Unis).

En substance, les chercheurs ont suivi des professionnels de santé entre le 29 avril et le 29 septembre. Durant cette étude, les participants ont installé une application sur leurs iPhone, et porté des Apple Watch. Ces montres ont été utilisées afin de détecter des variabilités de la fréquence cardiaque, pouvant aider à prédire un test positif au COVID-19.

Conclusion : « La montre a montré des changements significatifs dans les paramètres de la VRC jusqu’à sept jours avant que les individus aient un prélèvement nasal positif confirmant l’infection au COVID-19 et a démontré des changements significatifs au moment du développement des symptômes », explique l’auteur correspondant de l’étude, Robert P. Hirten, assistant Professeur de médecine (gastro-entérologie).

« Développer un moyen d’identifier les personnes qui pourraient être malades avant même qu’elles ne sachent qu’elles sont infectées serait vraiment une percée dans la gestion du COVID-19 », a-t-il aussi déclaré. « L’un des défis du COVID-19 est que de nombreuses personnes sont asymptomatiques, ce qui signifie qu’elles ne présentent aucun symptôme, mais qu’elles sont toujours contagieuses. Cela rend difficile de contenir cette infection en utilisant la méthode traditionnelle d’identification d’une personne malade et de sa mise en quarantaine. »

Sinon, dans un précédent article, nous avons également évoqué des recherches réalisées par le fabricant de bagues connectées Oura et l’institut de neurosciences de Rockefeller, pour lutter contre le COVID-19. Comme avec les montres, l’idée est d’utiliser les capteurs de ces bagues afin de détecter les signes de la maladie afin que l’utilisateur puisse se faire tester le plus tôt possible.

Apple Watch S6

9.3 / 10

NOTE

Leave a Reply