Violences policières, discriminations, écologie… ce qu’a dit Macron dans son interview à Brut – LCI

Spread the love

LES POINTS À  RETENIR DE L’INTERVIEW D’EMMANUEL MACRON

Dans un entretien fleuve de deux heures et demie, accordé au média Brut ce vendredi, le président de la République s’est adressé directement à la jeunesse française. Voici ce qu’il faut retenir de cette interview.

Sur les violences policières : pour la première fois de son mandat, Emmanuel Macron a reconnu vendredi le terme de “violences policières”, réfutant toutefois une violence structurelle au sein des forces de l’ordre. Il a par ailleurs confirmé la généralisation des caméras-piétons “à partir de juin” 2021.

Notre article pour aller plus loin

Sur les discriminations : le chef de l’État a annoncé le lancement d’une plateforme nationale de signalement, gérée par l’État, la Défenseure des droits et des associations. Un numéro et un site Internet seront disponibles.

Notre article pour aller plus loin

Sur l’article 24 de la loi de “sécurité globale” : le président de la République a demandé à “laisser vivre sa vie démocratique” à cette proposition de loi. Il a tenu à rassurer les opposants au texte, en estimant qu’il sera toujours possible de filmer les forces de l’ordre et de diffuser les images sur les réseaux sociaux.

Sur la loi sur le séparatisme : Emmanuel Macron a détaillé l’objectif, qui est de “se réarmer contre celles et ceux qui portent l’idéologie islamiste”. “La France n’a pas de problème avec l’islam”, a-t-il tenu à éclaircir. 

Sur la vaccination : le chef de l’État a assuré ne pas être favorable rendre obligatoire le vaccin, jugeant que “ce serait contre-productif”. Il a néanmoins promis une transparence de l’exécutif concernant ce traitement.

Sur la jeunesse : alors que les jeunes, qui subissent de plein fouet la crise sanitaire et économique, le président Macron a expliqué envisager de leur verser une nouvelle “aide exceptionnelle” en début d’année prochaine.

Notre article pour aller plus loin

Sur le glyphosate : le président de la République a reconnu ne pas avoir réussi à tenir sa promesse d’en sortir en trois ans, plaidant “une faute collective”.

Sur la Convention citoyenne : Emmanuel Macron a salué son “boulot extraordinaire”. Mais il s’est aussi agacé face aux critiques qui lui sont faites par certains participants, dont Cyril Dion. “Je n’ai pas de leçon à recevoir !”, a-t-il répondu avec véhémence. “Personne n’a autant fait que nous depuis trois ans.’

Leave a Reply