«Violences policière» et «justice pour tous» : la journée de samedi en phrases et en photos – Le Figaro

Spread the love

Washington, Philadelphie, New York, Los Angeles mais aussi Paris, Marseille, Londres, Hambourg, Sydney : samedi 6 juin, des dizaines de milliers de personnes au moins ont manifesté à travers le monde contre le racisme et les violences policières présumées une dizaine de jours après la mort de George Floyd, un Américain noir tué lors d’un contrôle de police à Minneapolis. Mais les marches vont désormais au-delà de ce seul cas, et dénoncent un racisme systémique et réclament un véritable changement.

Voici une sélection de témoignages obtenus par l’AFP à travers ces manifestations :

À Washington – «J’ai l’impression que nous nous sommes battus, battus, battus et que tout d’un coup, tout a éclaté au grand jour» s’est félicité Patricia Thompson, 55 ans, en référence à toutes les entreprises et organisations américaines qui ont selon elle pris publiquement position «contre le racisme institutionnel» pour la première fois après l’interpellation mortelle de Floyd.

La mention Black lives matter peinte dans la rue en face de la Maison-Blanche vue du ciel – / AFP

À Paris – «Les propos racistes toute ma vie j’en ai eu», a confié Nadine, 46 ans, cadre dans les assurances. «C’est notre vie, être française noire en France, c’est pas facile».

Sur le Champ-de-Mars à Paris. GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

«Je suis là pour que toutes les voix puissent être entendues. C’est un problème mondial», a témoigné Briana, 23 étudiante américaine en droit international.

Diané Bah, dont le frère d’Ibrahima est décédé lors d’une intervention policière, a lui déploré qu’il faille un événement aux Etats-Unis pour mobiliser les gens en France. «Je trouve regrettable qu’on s’indigne pour ce qu’il se passe ailleurs».

À voir aussi – À Paris et à Lille, samedi de rassemblements contre les violences policières

À Londres – Interrogée, Tammy Turvy, qui travaille dans le secteur éducatif, a estimé «important» de se mobiliser contre «toutes les atrocités», notamment pour «ceux qui sont morts aux mains des autorités» dans le monde.

À Londres DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP

À Sydney – «Le fait qu’ils aient essayé de nous empêcher de défiler, cela donne encore plus envie aux gens de le faire», a estimé Jumikah Donovan, parmi la foule de Sydney, en Australie, la première samedi à ouvrir le bal de l’indignation internationale.

Sydney a été la première ville samedi à ouvrir le bal international de l’indignation. SAEED KHAN / AFP

Après une première cérémonie à Minneapolis jeudi, les proches de George Floyd lui ont également rendu un nouvel hommage samedi à Raeford, dans son Etat natal de Caroline du Nord.

Un deuxième service commémoratif a été organisé pour George Floyd samedi en Caroline du Nord, où il est né. RYAN M. KELLY / AFP

Les obsèques de cet homme de 46 ans sont prévues le 9 juin à Houston.

Leave a Reply