Violences à Dijon : Le père du jeune Tchétchène agressé il y a une semaine témoigne – 20 Minutes

Spread the love
Des tags apparus ces derniers jours à Dijon. — PHILIPPE DESMAZES / AFP

Il n’y a pas eu de violences ce mardi soir à Dijon. Pour la première fois depuis vendredi la ville a retrouvé son calme après plusieurs nuits d’affrontements invraisemblables entre gangs, parfois à l’aide d’armes de guerre. A l’origine de ces affrontements, on trouverait l’agression d’un jeune Tchétchène, mercredi dernier.

Peu de détails ont filtré sur l’agression de cet ado de 16 ans qui a mis le feu aux poudres. Un appel à le venger avait été publié dès le lendemain sur Snapchat, rencontrant un écho important.

« Il faut arrêter tout ça »

Zelimkhan, le père de la victime de l’agression, a lancé ce mercredi un appel au calme. Ce sont nos confrères de BFMTV qui ont pu recueillir la prise de parole de cet homme de 49 ans, arrivé en France et à Dijon en 2014.

Il se désolidarise des évènements des derniers jours : « Vous savez très bien comment ça se passe avec les réseaux sociaux. C’est reparti très vite. Il faut arrêter tout ça. Il faut retrouver le calme pour notre ville. Je suis contre n’importe quelle violence. N’importe quelle violence. Je suis pour la justice. »

Pas de drogue, pas de règlement de compte racial d’après le père de la victime

Zelimkhan apporte de nouveaux éléments. Il réfute notamment la rumeur selon laquelle on assisterait à un règlement de compte racial. D’après lui, ce n’est pas non plus un trafic de drogue qui est à l’origine des violences. « C’est une histoire de violence », dit-il. Il explique que son fils est simplement venu aider, en pleine nuit, un ami albanais qui venait d’être agressé avant d’être à son tour frappé, notamment au visage.

Le père de la victime affirme aux journalistes de BFMTV que lui et sa famille ont peur de sortir de chez eux. Ils craignent des représailles.

50 partages

Leave a Reply