Villeneuve-la-Garenne : que sait-on de la vidéo d’un lynchage publiée par un syndicat de police pour répondre aux “émeutiers” ? – LCI

Spread the love
Des images très violentes, publiées mardi en début d’après-midi, qui ont été vues des milliers de fois et suscitent de nombreuses réactions. Le syndicat de police Synergie-Officiers a posté sur Twitter un message explicite accompagné d’une vidéo dans laquelle apparaît un homme se dirigeant vers son scooter, avant d’être pris à partie puis passé à tabac par une dizaines d’individus alors qu’il est au sol. 

“Pour ceux qui victimisent les émeutiers de #VilleneuveLaGarenne : Voilà la réalité des quartiers quand l’ordre de la racaille, prétendument opprimée par les #policiers, se substitue à l’ordre républicain ! L’arbitraire, la sauvagerie et la terreur. Rennes le 10 avril 2020”, écrit ainsi Synergie Officiers dans son tweet en référence aux nombreuses tensions observées depuis samedi 18 avril dans l’Hexagone. Ce jour-là, un jeune homme avait été blessé dans la ville des Hauts-de-Seine au cours d’un accident impliquant des policiers. Plusieurs enquêtes ont été ouvertes par le parquet de Rennes et l’IGPN a été saisie.

Synergie Officiers précise bien dans son tweet que les faits filmés sur la vidéo datent de début avril. Contacté par LCI, le procureur de la République de Rennes, Philippe Astruc, nous précise en effet qu’ils ont été commis le 10 avril dernier “à 22h20, rue du Bourbonnais à Rennes au préjudice d’un jeune homme né en 1999”. Le magistrat nous indique par ailleurs que “la victime s’est vue octroyer une ITT de 15 jours. Une enquête sous la qualification de violences avec arme en réunion avec ITT supérieure à huit jours a été confiée à la sûreté départementale et est toujours en cours afin d’identifier la dizaine d’agresseurs. Aucune interpellation n’est encore intervenue.” 

Quant au mobile, il semblerait que ce ne soit pas le vol ou la tentative de vol du deux-roues, le scooter ayant été retrouvé sur place. “Ces faits pourraient davantage s’inscrire dans des rivalités de quartiers sur fond de trafic de stupéfiants”, ajoute le procureur de la République de Rennes ce mardi.

Leave a Reply