Vidéo : Neuralink, bientôt une puce pour relier le cerveau humain à l’ordinateur ?

Spread the love
Vidéo : Neuralink, bientôt une puce pour relier le cerveau humain à l'ordinateur ?

Neuralink travaille assidument au développement d’interfaces homme-machine pour renforcer les capacités cognitives. La startup d’Elon Musk a implanté une puce connectée dans le cerveau de Gertrude, un cochon cobaye. Ce nouveau modèle de puce aussi gros qu’une pièce de monnaie a été présenté vendredi dernier, lors d’une démonstration live orchestrée en ligne.

« C’est comme un Fitbit dans votre crâne doté des fils ultra fins », a déclaré Elon Musk. Cette puce revisitée qui fonctionne sans fil grâce à la technologie bluetooth et via une application smartphone ne laissera qu’une petite cicatrice visible et sera en capacité de fonctionner de jour pour être rechargée la nuit, soutient l’entrepreneur, aussi à la tête de Tesla et SpaceX. « L’an dernier, nous avions un dispositif plus complexe, composé de plusieurs pièces dont une placée derrière l’oreille. Nous l’avons donc simplifié de façon à ce qu’il mesure 23 mm de diamètre et 8 mm d’épaisseur. »

Capture écran issue de la présentation vidéo. La puce est aussi grosse qu’une pièce de monnaie reliée à des fils ultra fins.

Cette technologie vise à traiter les maladies ou troubles neurologiques tels que la perte de mémoire, la cécité, la paralysie, la dépression, l’insomnie, l’anxiété, les accidents vasculaires cérébraux ou encore les lésions cérébrales, mentionne Elon Musk. En cas de lésion à la moelle épinière, on pourrait implanter une autre puce à l’endroit de la blessure, et contourner les « circuits de transmission » endommagés, imagine l’homme d’affaires. « Sur le long terme, je suis certain qu’on pourra retrouver l’usage complet de son corps. »

publicité

Convaincre et rassurer la communauté scientifique

La communauté scientifique se montre toutefois sceptique sur les progrès annoncés. De nombreux chercheurs déclarent notamment que le cerveau n’est pas aussi compartimenté que ce que l’on pense.

Pour effacer les doutes, l’entreprise ne lésine pas sur la sécurité. Neuralink vient d’obtenir l’approbation de la Food and Drug Administration (FDA), l’équivalent américain de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produis de santé, pour des tests. L’entreprise souhaite se préparer bientôt aux premiers essais cliniques humains. L’an passé, Elon Musk évoquait que de tels tests pourraient se produire courant 2020, mais n’a pas précisé de calendrier depuis.

Elon Musk a aussi profité de cette présentation pour annonçait que Neuralink recrutait à tour de bras. La société, qui ne compte à ce jour qu’une centaine de salariés, espère en accueillir 10 000. Les nouvelles recrues n’auront pas besoin de connaître le cerveau humain pour postuler, a rassuré l’entrepreneur.

Leave a Reply