VIDEO. Les images hallucinantes de la fête clandestine géante organisée près de Toulouse – LaDepeche.fr

Spread the love

l’essentiel INFO LA DEPÊCHE. Deux hommes ont organisé une importante fête clandestine près de Toulouse ce samedi soir. Pour cela, ils ont transformé un gîte en discothèque. Ces messieurs sont actuellement placés en garde à vue. La centaine d’invités a été verbalisée par les gendarmes de la compagnie Toulouse-Mirail.

Une discothèque éphémère et clandestine a attiré des centaines de fêtards près de Toulouse ce samedi 10 avril au soir. Des gens n’ont pas hésité à traverser la France entière pour participer aux festivités organisées dans la petite commune du Burgaud, au nord-ouest de la Ville rose. 

Dans la semaine, deux hommes prennent contact avec les propriétaires d’un gîte pouvant accueillir jusqu’à 50 personnes en se faisant passer pour des producteurs ayant besoin d’un lieu pour un tournage. Ils souhaitent louer les lieux de vendredi à dimanche. Une fois les clés en main, le duo met en place son plan d’action. Du matériel professionnel est acheminé jusqu’au village.

Platine, videur, prix de parking et ticket d’entrée…

En quelques heures, l’endroit se transforme en véritable discothèque, avec lumières d’ambiance, bar, sono et platines. Ne manquent plus que les invités. Et pour attirer un maximum de participants, les organisateurs de cette soirée clandestine se servent du réseau social Snapchat ainsi que de comptes d’influenceurs qui font la promotion de cet évènement clandestin sur le web.

Les maîtres d’œuvre se préparent ainsi à accueillir plus d’une centaine de noctambules. Aucun détail n’est laissé au hasard : pour éviter les débordements, ils recrutent même un videur, équipé d’un brassard fluo et mettent en place un tarif. La place de parking se monnaye à 20 euros, l’entrée dans la boîte à 30 euros. Malgré ces prix élevés, la clientèle saute sur l’occasion.

Les organisateurs en garde à vue

Pendant plusieurs heures, le plan se déroule sans accroc. Mais le bruit et la forte affluence finissent par alerter les voisins, qui, vers 3 heures du matin, préviennent les militaires. Les équipes du peloton de surveillance et d’intervention de la Gendarmerie (PSIG) et du Groupe nuit de surveillance et d’intervention (GNSI) débarquent en nombre devant la propriété et interrompent promptement la fête. Les « clients » sont verbalisés à la sortie. Aucun ne porte de masque. Certains essayent de jouer la montre en restant à l’intérieur jusqu’à 9 heures du matin, espérant échapper à la sanction, d’autres réussissent à s’enfuir à travers champs à bord de leurs véhicules. Des clôtures sont détruites. En tout, une centaine d’individus écope d’une contravention de 135 €.

Jacuzzi gonflable à l’étage (!)

Les deux organisateurs ont été placés en garde à vue, poursuivis pour mise en danger de la vie d’autrui. Ils risquent un an de prison et 15 000 € d’amende. À leur arrivée, les propriétaires n’ont pu que constater les dégâts, notamment l’installation d’un jacuzzi gonflable à l’étage (!).  Ce couple sera néanmoins lui aussi auditionné d’ici la fin du week-end. Le parquet a confié l’enquête à la brigade de recherches de la compagnie de gendarmerie du Mirail. En attendant, tout le matériel laissé sur place a été récupéré par les militaires.

Depuis le début du confinement et la mise en place des restrictions sanitaires, les gendarmes sont très vigilants et multiplient les contrôles. La preuve encore vendredi soir, cette fois dans le village de Bazus, au nord de Toulouse. 

Leave a Reply