La tenaille des forces de l’ordre a fonctionné a plein, autour de cette place Pey-Berland, théâtre rituel des affrontements entre les gilets jaunes les plus radicaux, les casseurs et les forces de l’ordre. Comme tous les samedis, les manifestants se sont retrouvés place de la Bourse à partir de 13 heures et d’où ils ne sont partis que deux heures plus tard.

Sur la place de la Comédie.
Sur la place de la Comédie. Crédit photo : Y.D.

>> Lire aussi. Acte XIV des gilets jaunes : le point sur la mobilisation dans le Sud-Ouest

Masques de Benalla

S’en est suivie une grande boucle autour de la place de la Comédie, de la rue Sainte-Catherine à la Victoire, du cours d’Albret à l’inédite rue de l’Abbé de l’épée, pour enfin revenir devant le Grand théâtre après avoir emprunté un morceau de la rue Fondaudège et les allées de Tourny. Les masques d’Alexandre Benalla prospéraient, au nom, selon les gilets jaunes, “de son impunité que nous voulons aussi”. Première à Bordeaux : des commerçants sur le cours Alsace-Lorraine avaient décidé de se poster devant leur enseigne, sans défi mais avec vigilance.

Une demi-heure place de la Comédie amaigrissait quelque peu le cortège et c’est un millier de personnes qui se retrouvaient place Pey-Berland vers 17 heures pour le “traditionnel” face-à-face avec les forces de l’ordre. Après trente minutes de dissuasions ponctuelles à l’aide de lances à eau notamment répondant aux jets de pavés et de bouteilles, elles bouclaient prestement la place et avançaient sur la foule, depuis la place mais aussi des cours Alsace-Lorraine et Victor-Hugo pour la repousser cours Pasteur. Une voiture y était incendiée.

19 interpellations

Le dernier round d’observation eut lieu sur la place de la Victoire, plus délicat à gérer puisque les manifestants étaient là mêlés aux promeneurs ou personnes assises en terrasse. Avec une rapidité et des moyens impressionnant tout le monde, CRS et gendarmes mobiles chargeaient en début de soirée pour une dispersion finale. 19 interpellations ont eu lieu au cours de ces interventions.

Le dernier manifestant, place de la Victoire.
Le dernier manifestant, place de la Victoire. Crédit photo : Y.D.

Let a comment