VIDÉO – Emmanuel Macron pris à partie par des “Gilets jaunes” aux Tuileries – RTL.fr

Spread the love

Le président Emmanuel Macron a été pris à partie par des “gilets jaunes” mardi 14 juillet au soir à propos des violences policières. Alors qu’il se promenait dans le jardin des Tuileries avec son épouse, Brigitte, l’un d’eux lui a demandé de “virer la Brav” (brigades de répression de l’action violente). En cause : ces unités à moto remises en service pour intervenir lors des manifestations des “gilets jaunes”.

Une vidéo postée sur la page Facebook “Gilets Jaunes Infos” montre plusieurs personnes qui, en apercevant le chef de l’État, se mettent à chanter “On est là” et à scander “Macron démission” et “tu vas virer”. Le petit groupe de “gilets jaunes” se met alors à suivre le couple présidentiel, couvrant par ses huées les appels au calme du président qui décide alors de venir leur parler.

“Pourquoi vous avez remis la Brav, c’est des violents”, lui crie l’homme qui filme, en ajoutant “vous êtes mon employé”, ce à quoi Emmanuel Macron répond “c’est pas le président de la République qui fait ça” et “il y en a chez vous qui sont violents”. “Mais vous savez qu’il y a des problèmes”, rétorque le “gilet jaune”. Il évoque notamment “le pouvoir d’achat, la justice fiscale” mais aussi l’affaire Balkany et la réforme des retraites

Le sentiment d’injustice, je l’entends

Le président Emmanuel Macron s’adressant aux “Gilets jaunes”, mardi 14 juillet

Partager la citation

“On a respiré du gaz à mort y a une heure”, explique ensuite l’homme qui filme, allusion sans doute à la manifestation parisienne pour l’hôpital marquée par des heurts avec les forces de l’ordre. Le ton finira par redescendre, le président tentant une approche basée sur le dialogue. “Soyez cool”, lance-t-il aux “gilets jaunes” en colère, ce qui détend l’atmosphère. 

Visiblement ravi d’avoir pu parler au chef de l’État, le “gilet jaune” le remercie et s’écrie “j’arrive même pas à le maudire”. “Tant mieux !”, lui répond le chef de l’État, lui lançant avant de conclure : “le sentiment d’injustice, je l’entends“.

La rédaction vous recommande

Lire la suite

Leave a Reply