Variant Omicron : deux premiers cas confirmés en Ile-de-France et dans le Haut-Rhin – Le Monde

Spread the love

En France, la détection du variant Omicron est « très probablement une question d’heures », estimait, dimanche, Olivier Véran, le ministre de la santé. Mardi, une personne positive au variant Omicron du SARS-CoV-2 avait été identifiée sur l’île de la Réunion.

Jeudi 2 décembre, deux premiers cas de variant Omicron ont été confirmés en métropole, en Ile-de-France et dans le Haut-Rhin, concernant des voyageurs rentrant d’Afrique, ont annoncé jeudi les agences régionales de santé (ARS).

« Un voyageur résidant en Seine-et-Marne a été testé positif au Covid à sa descente d’avion, le 25 novembre, de retour d’un séjour au Nigeria. Le séquençage du prélèvement a révélé mercredi 1er décembre que cette personne était porteuse du variant Omicron. Il s’agit d’un homme entre 50 et 60 ans qui ne présentait pas de symptômes au moment du test », a précisé l’ARS.

« Sa femme, qui l’accompagnait dans ce voyage, a également été testée positive au Covid : le séquençage est en cours pour vérifier s’il s’agit du variant Omicron. Tous deux sont restés à l’isolement à leur domicile depuis leur arrivée sur le territoire compte tenu du résultat positif au Covid », ajoute l’ARS. Une troisième personne vivant sous le même toit a été testée le 2 décembre pour déterminer si elle était contaminée et, le cas échéant, si elle est porteuse du variant. Aucune des trois personnes n’est vaccinée.

Le second cas, détecté dans le Haut-Rhin, concerne une femme, âgée de 40 à 50 ans et présentant un « schéma vaccinal complet », selon l’ARS du Grand-Est. Elle avait été testée positive au retour d’un voyage en Afrique du Sud, et placée à l’isolement, avant que le séquençage révèle la nature du variant. « Peu de contacts à risque ont été identifiés », précise l’ARS.

Variant dominant en France au début de 2022

Face à la menace de ce nouveau variant, la France a annoncé mercredi un durcissement des conditions d’accès à son territoire en imposant notamment un test négatif pour tous les voyageurs, même vaccinés, provenant d’un pays hors de l’Union européenne. Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, avait également fait état mercredi de « 13 cas suspects du variant Omicron sur le territoire », s’attendant à des cas avérés « dans les prochaines heures ou les prochains jours ».

« Le variant Omicron va mettre un certain temps avant de s’installer en France et en Europe en général », a dit jeudi le président du conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, sur BFM-TV. « Nous, on est au niveau du conseil scientifique plutôt début 2022 ou fin janvier 2022 », a-t-il précisé. Selon lui, « le vrai ennemi, c’est la cinquième vague avec le variant Delta ». Il a estimé que les fêtes de Noël n’étaient pas en danger à cause de la cinquième vague : « Nous ferons tout pour éviter un confinement, mais, bien sûr, ça reste dans la boîte à outils », a-t-il dit. Il a enfin ajouté : « Nous verrons s’il faut encore un autre rappel après la 3e dose. »

Le Monde avec AFP

Leave a Reply