Var : un pyromane présumé sous les verrous après avoir tenté de déclencher un incendie – Le Parisien

Spread the love

« On a eu d’autres incendies aux conséquences dramatiques, rappelle Laurence Barriquand, procureure adjointe au tribunal judiciaire de Draguignan, donc au regard de ce contexte nous devons prendre plus de temps sur le profil du suspect et sur la complexité des faits. » L’homme de 56 ans suspecté d’avoir tenté de mettre le feu à une zone boisée du massif des Maures (Var) a été incarcéré en fin de journée ce lundi, après avoir été entendu par un juge d’instruction. Alors qu’il devait initialement passer en comparution immédiate, il avait été déféré au tribunal judiciaire de Draguignan ce lundi après-midi.

« Contrairement à ce qui était prévu, une information judiciaire a été ouverte ce matin (NDLR : lundi). L’enquête menée par le juge d’instruction nous permettra d’approfondir encore le dossier précise la procureure. » Pour l’instant, l’acte du pyromane présumé est considéré comme isolé, il n’aurait « pas de lien avec les autres incendies » qui ont ravagé le massif des Maures depuis une semaine. Le parquet avait néanmoins requis un mandat de dépôt à son encontre, il encourt jusqu’à 15 ans de réclusion criminelle.

Samedi 21 août, le mis en cause aurait été surpris en train de mettre le feu à une parcelle de forêt située entre Le Rayol-Canadel et Cavalaire, en bordure de la route départemental 559. Alors que l’individu avait placé un morceau de bois enflammé dans la forêt, des automobilistes l’ont aperçu et sont immédiatement descendus de leurs véhicules pour stopper cet acte pyromane.

«Les conséquences auraient pu être dramatiques»

« Les sept témoins sont intervenus d’une manière très efficace pour stopper la personne, pour l’interpeller, et puis surtout pour limiter les dégâts », assure Laurence Barriquand. Après avoir sorti la bûche enflammée de la forêt, ils ont étouffé le feu qui avait commencé à se propager à l’aide de bouteilles d’eau et des tapis de sol de leurs voitures. « Seulement une parcelle de 7 m2 a été brûlée. Sans leur intervention, les conséquences auraient pu être dramatiques. »

L’individu de 56 ans, inconnu des services de police et de gendarmerie, a ensuite été interpellé en bord de route par les forces de l’ordre et placé en garde à vue à la brigade de la gendarmerie de La Croix-Valmer, où il a notamment été présenté à un expert psychiatre. Cet examen ne s’est pas avéré incompatible avec la suite de l’enquête.

L’incendie qui a ravagé le massif des Maures est le plus important de l’été. Parti le 16 août d’une aire d’autoroute située dans la commune de Gonfaron, il a, en une semaine, brûlé plus de 7 000 ha de forêt et fait deux morts. Mais si l’on connaît le point de départ de ce feu gigantesque, on n’en connaît toujours pas la cause. Dans le cadre de l’enquête judiciaire en cours, dirigée par le parquet du tribunal judiciaire de Draguignan, les gendarmes passent à la loupe les images des caméras de surveillance de l’aire d’autoroute. Ainsi, ils espèrent déterminer l’heure et la localisation exacte du départ de feu. Cela leur permettra d’identifier les voitures qui étaient présentes à ce moment-là, puisqu’il s’agira ensuite de déterminer l’origine de cet incendie, qui pourrait être humaine.

400 pompiers toujours mobilisés

Des mégots présents sur le site attirent notamment l’attention des enquêteurs. Jeudi dernier, la gendarmerie du Var avait passé un appel à témoins, pour recueillir « le témoignage de personnes ayant des informations à communiquer sur les circonstances du départ de feu ».

Dans le massif des Maures ce lundi, l’incendie ne progresse plus mais il n’est toujours pas éteint. « Aujourd’hui on vient seulement de passer le stade de feu maîtrisé, témoigne Florent Dossetti, le commandant des pompiers du Var, c’est-à-dire que le feu est maintenu dans son enveloppe, qu’il n’évolue plus. » 400 pompiers sont toujours mobilisés sur le terrain et veillent à ce que les flammes ne reprennent pas leur course.

« Il n’y a plus de fumerolles mais on continue à traiter les derniers points chauds, pour éviter les reprises souterraines ou l’éventuelle reprise sur certaines lisières », poursuit le patron des pompiers. Ce mardi, un arrosage devrait être mis en place dans le département du Var et « permettra peut-être de traiter encore une partie du feu. » Toutefois, le commandant des pompiers assure que l’incendie ne sera pas considéré comme éteint avant encore plusieurs jours.

Leave a Reply