Val-de-Marne : le pass sanitaire exigé à l’entrée de 9 centres commerciaux et grands magasins dès ce lundi – Le Parisien

Spread the love

C’est désormais officiel. Dès lundi, le pass sanitaire sera contrôlé aux entrées de neuf centres commerciaux et grands magasins du Val-de-Marne, tous d’une superficie de plus de 20 000 m². Si Sophie Thibault n’avait pas imposé la mesure jusqu’à présent, samedi après-midi la préfète du département a décidé d’appliquer les nouvelles directives gouvernementales, alors que dans le Val-de-Marne le taux d’incidence dépasse les 200 nouveaux cas positifs de Covid-19 pour 100 000 habitants. Certains départements voisins ont pris la même décision ce week-end.

Créteil Soleil ne fait pas partie de cette liste, cet espace de 136 000 m² étant traversé par jusqu’à 15 000 voyageurs de la ligne 8 du métro et des bus alentour. L’une de ses nombreuses portes donne en outre accès au centre de vaccination le plus proche. Le pass sanitaire sera par contre contrôlé aux entrées du centre commercial Aushopping (ex-Perival) à Fontenay-sous-Bois, la Vache Noire à Arcueil, Okabé au Kremlin-Bicêtre, Quai d’Ivry à Ivry-sur-Seine, Bercy 2 à Charenton-le-Pont, Pince Vent à Ormesson/Chennevières-sur-Marne, mais aussi devant celles des magasins Ikea de Villiers-sur-Marne et Thiais. Le centre commercial Belle Epine n’y échappera pas.

« Ça va être un beau bazar ! »

« Ça va être un beau bazar ! », prédit Carole, 42 ans, une habituée de Belle Epine venue ce samedi y faire des emplettes avec ses filles. Vaccinée parce qu’elle n’a « pas eu le choix », cette infirmière libérale, faisant ici écho aux manifestations organisées un peu partout en France depuis plusieurs samedis, estime que le pass sanitaire est avant tout mis en place « pour nous fliquer ». Stéphanie n’en est pas là de ses réflexions sur la situation sanitaire et des contraintes qu’elle implique. « Je n’aurai ma deuxième dose de vaccin que le 2 septembre, il faut vite que je retourne à l’intérieur si j’ai bien compris », ironise cette habitante d’Antony (Hauts-de-Seine), croisée à l’une des sorties de Belle Epine.

Derrière les comptoirs des magasins, l’annonce de la mesure est diversement appréciée. « C’est déjà très calme depuis quelques jours et l’arrivée du pass sanitaire va encore jouer sur l’affluence, prédit Bastien, responsable du magasin Micromania. Beaucoup de clients nous appellent pour savoir si le pass sanitaire va être contrôlé. Je pourrai enfin leur répondre. » Cet autre commerçant fait grise mine. Il n’a « pas eu le temps » de se faire vacciner. « Comment je vais faire pour travailler ? On ne va pas me laisser rentrer ?, s’interroge-t-il. Je vais me faire arrêter par mon médecin pendant plusieurs semaines, voilà ce qu’il va se passer. »

Des agents de sécurité dans le flou

Pendant ce temps, les agents de sécurité auront potentiellement fort à faire, surtout si les aoûtiens reviennent en nombre. « Il va sans doute falloir qu’on ferme des portes, sinon ça va être compliqué, juge l’un d’entre eux. Tout dépendra des effectifs que l’on aura lundi. Pour le moment, rien n’est véritablement défini. »

À Créteil Soleil, les agents de sécurité soufflent aussi, mais de contentement. Ils savent la difficulté de demander à des clients, parfois agressifs, de présenter leur pass sanitaire. C’est le cas dans la partie restauration du centre depuis lundi dernier. « Ça va être chaud pour les collègues des autres centres », compatit l’un de ces hommes costumés et équipés d’une oreillette, vigilant au bon port du masque. Il reste obligatoire dans l’ensemble des centres commerciaux, que le pass sanitaire s’applique ou pas.

Derrière le sien, on devine la satisfaction mais aussi la mesure de Diana, en poste au magasin San Marina de Créteil Soleil. « C’est une bonne nouvelle pour nous qui pensions que ça allait nous tomber dessus, beaucoup moins pour les collègues de Belle Epine », regrette cette professionnelle. Elle espère que ses clients sans pass sanitaire seront vite mis au parfum et ne s’interdiront pas un passage par Créteil Soleil. Car, ici aussi, depuis que le contrôle du pass sanitaire est évoqué, « le chiffre d’affaires en a pris un coup, c’est très très vide en ce moment », souligne-t-elle. « On ne sait pas si les clients ont craint qu’on leur demande le pass ou s’ils sont tous partis en vacances, mais c’est désert », se désole une vendeuse de bijoux.

Le pass sanitaire ne sera pas contrôlé aux entrées de Créteil Soleil, mais le sésame est toujours demandé devant celles des restaurants de ce centre commercial. LP/Laure Parny
Le pass sanitaire ne sera pas contrôlé aux entrées de Créteil Soleil, mais le sésame est toujours demandé devant celles des restaurants de ce centre commercial. LP/Laure Parny Laure Parny

« Je vais tout commander sur le Net »

Certains clients assidus des centres commerciaux vont revoir leurs habitudes : « C’est bien simple, je ne pourrai plus venir dans certains centres puisque je ne souhaite pas me faire vacciner, regrette Amel, venu du XIIe arrondissement de Paris afin d’habiller pour la rentrée ses trois enfants. Tout ce que ça va faire, c’est que je vais tout commander sur le Net. » « J’avoue que même en étant vaccinée, j’aurai moins envie de venir quand on nous demandera le pass, confie Sonia, de Villeneuve-Saint-Georges. Le shopping, ça doit rester du plaisir, je n’ai pas envie de faire la queue ou de me stresser à cause des nouvelles mesures ! »

Vacciné, « en personne responsable et consciente de la situation épidémique », précise-t-il, Adrien n’est quant à lui animé d’aucun stress, bien au contraire : « C’est parfait pour les gens comme moi qui n’aiment pas la foule des centres commerciaux, sourit cet habitant de Créteil. Je n’irai pas à reculons la prochaine fois. »

Leave a Reply