Vaccins et variant Delta : on commence à y voir plus clair – LCI

Spread the love

REPORTAGE – Plusieurs travaux en laboratoire montrent que le variant Delta semble résister davantage aux vaccins que d’autres variants (c’est ce qu’on appelle “l’échappement immunitaire”). L’Institut Pasteur a des chiffres très précis sur la question.

Grâce à la vaccination accélérée et à une météo très favorable, l’épidémie de Covid-19 ralentit plus rapidement que prévu en France, mais les autorités traquent le variant Delta, qui pourrait faire dérailler les modèles des prévisionnistes. D’où cette question : les vaccins permettront-ils de freiner ce variant plus contagieux dans les Landes, ou encore en Grande-Bretagne, où il devenu majoritaire en moins de deux mois ? 

Toute l’info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

A quel stade en est l’épidémie, département par département ?

Dans ce laboratoire de l’Institut Pasteur, les chercheurs scrutent le variant Delta qui inquiète tant l’Europe après son émergence en Inde. “On a exposé ce virus à des sérums de personnes soit convalescentes (qui ont eu le Covid), soit vaccinées”, précise Timothée Bruel, chercheur au laboratoire de virus et immunité à l’Institut Pasteur, sollicité dans le sujet du 20H de TF1 en tête de cet article. Là-bas, une première étude montre que si les vaccins évitaient jusqu’ici à 90% de développer les symptômes. 

Une dose ne suffit pas

Cette efficacité atteint 80% pour les vaccins ARN face au variant Delta et 60% pour celui d’AstraZeneca, à condition d’avoir reçu les deux doses. “Il n’y a pas assez d’anticorps qui sont produits après une seule injection de vaccination. Heureusement, après la deuxième injection, la quantité d’anticorps augmente. Et là, il y a un niveau d’anticorps qui est suffisant pour neutraliser dans nos cœurs cellulaires la multiplication du variant Delta”, explique Olivier Schwartz, directeur du laboratoire virus et immunité à l’Institut Pasteur.

L’autre bonne nouvelle, c’est que les vaccins protègeraient aussi contre les formes graves. Dans les hôpitaux britanniques, 65% des patients infectés par le variant Delta ne sont pas vaccinés. Pour éviter un rebond de l’épidémie, il faudrait donc multiplier les injections. En Israël où 60% de la population est entièrement vacciné, mais où le variant Delta se propage quand même chez les jeunes, les autorités ont décidé d’accélérer la campagne de vaccination des enfants et des adolescents.

Lire aussi

Reste qu’en laboratoire ou en vie réelle, les études convergent sur un point : recevoir une seule dose de vaccin n’apporte qu’une protection limitée contre le variant Delta. “Après une seule dose de Pfizer/BioNTech, 79% des personnes avaient une réponse anticorps détectable contre la souche originelle (du virus), mais cela tombait à 50% pour le variant Alpha, 32% pour le variant Delta et 25% pour le variant Beta”, conclut l’étude en laboratoire publiée début juin dans The Lancet. Selon celle de l’Institut Pasteur, une dose unique d’AstraZeneca serait “peu ou pas du tout efficace” contre le variant Delta. Pour faire rempart à l’émergence du variant Delta, qui est 60% plus transmissible que l’Alpha selon les autorités britanniques, les scientifiques insistent sur l’importance de la vaccination complète, avec les deux doses.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Alerte aux orages : 11 départements en vigilance orange, consultez les prévisions

En Floride, le scénario de l’effondrement de l’immeuble se précise

“40% des nouveaux contaminés” sont pourtant vaccinés en Israël : des failles dans le Pfizer ?

Expertise après le décès en Ehpad de deux résidents vaccinés : un échec vaccinal ?

Record de décès à Moscou, confinement à Sydney, exode à Dacca : l’alerte au variant Delta s’étend

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l’ambition d’une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez “modifier votre choix” et accepter tous les cookies.

Leave a Reply