Vacciner 90 % de la population en France au « début de l’automne » ? Le professeur Alain Fischer pense que c’est « possible » – Le Monde

Spread the love

La campagne gouvernementale pour accélérer la vaccination contre le Covid-19 en France se poursuit pour éviter que la quatrième vague du virus ne prenne encore plus d’ampleur.

  • La vaccination. 42 592 047 personnes ont reçu au moins une injection (soit 63,2 % de la population totale) et 35 472 139 personnes ont, désormais, un schéma vaccinal complet (soit 52,6 % de la population totale), selon les derniers chiffres du ministère de la santé.
  • Les hospitalisations. Le nombre de personnes atteignait, dimanche, 7 581 contre 7 409 la veille, selon Santé publique France, et celui des réanimations atteignait 1 137, contre 1 099 la veille.
  • Les contaminations. Le nombre de nouveaux cas positifs s’est établi samedi à 23 471 contre 24 309 vendredi, avec un taux de positivité stable à 4,3 %.
  • Les décès. Les autorités ont recensé 43 morts en vingt-quatre heures à l’hôpital selon les chiffres de samedi, portant le total des décès à 111 898 depuis le début de la pandémie.
  • Vacciner 90 % de la population au « début de l’automne » ? Alain Fischer pense que c’est « possible »

Invité lundi matin sur RTL, le professeur d’immunologie Alain Fischer, président du conseil d’orientation de la stratégie vaccinale, a estimé qu’atteindre l’immunité collective, soit une vaccination de 90 % de la population de plus de 12 ans, était « une possibilité pour le début de l’automne ».

Invité lundi matin sur RTL, le professeur d’immunologie Alain Fischer, président du conseil d’orientation de la stratégie vaccinale, a estimé qu’atteindre l’immunité collective, soit une vaccination de 90 % de la population de plus de 12 ans, était « une possibilité pour le début de l’automne ».

Bien que « la vaccination avance très vite ces jours-ci », il « faut finir de convaincre ceux qui, pour l’instant, ne se sont pas fait vacciner », a dit celui qui dirige l’organisme chargé de conseiller le gouvernement dans sa stratégie vaccinale. Interrogé sur une éventuelle obligation vaccinale, le professeur a estimé qu’il existait « une bonne chance d’y arriver sans obligation », mais « si, malheureusement, l’épidémie était encore présente à un niveau élevé et avec une immunité de groupe, non loin d’être atteinte, alors, peut-être, faudrait-il recourir à l’obligation vaccinale ».

« C’est un devoir de protection collective. On est en train de protéger la vie des gens, de protéger notre système hospitalier qui peut être à tout moment menacé par une reprise de l’épidémie ».

Quant à l’injection d’une troisième dose, « pour l’instant, on n’en est pas là sauf pour les personnes les plus fragiles [pour lesquelles] il faudra certainement, sans attendre dès le début de l’automne, mettre en place la vaccination de rappel ». Un projet de loi en Allemagne actuellement à l’étude va également dans ce sens.

Lire le reportage : la vaccination bute sur la défiance autour du bassin d’Arcachon, où l’épidémie repart brutalement
  • Macron sur TikTok et Instagram pour répondre aux « fausses informations » sur les vaccins

Toujours dans l’optique de convaincre celles et ceux qui hésitent à se faire vacciner, le chef a l’Etat, Emmanuel Macron, a proposé une séance de questions-réponses sur Instagram et TikTok pour répondre aux « fausses informations » et « fausses rumeurs » qui circulent, notamment en ligne.

« Je sais que, pourtant, beaucoup parmi vous s’interrogent encore, ont peur, beaucoup entendent de fausses informations, de fausses rumeurs, parfois n’importe quoi il faut bien le dire, alors j’ai décidé de répondre directement à vos questions. Allez-y, posez-les moi et j’essaierai d’être le plus direct et le plus clair possible. »

L’opération s’adresse en priorité à celles et ceux qui utilisent et s’informent sur ces plates-formes, les populations les plus jeunes, qui sont aussi celles qui sont, pour l’instant, le moins vaccinées.

Lire la tribune : « On arrivera peut-être à vacciner une fraction des antivaccins, mais cela ne suffira pas à calmer la colère sourde des plus radicaux »
  • Pfizer-BioNTech et Moderna vont augmenter le prix de leurs vaccins

Les entreprises pharmaceutiques Pfizer-BioNTech et Moderna devraient augmenter le prix de leur vaccin à ARN messager contre le Covid-19, selon des informations du Financial Times, diffusées dimanche, et indirectement confirmées, lundi 2 août, par le secrétaire d’Etat français aux affaires européennes, Clément Beaune. Cette hausse a été négociée dans le cadre des derniers contrats d’approvisionnement avec l’Union européenne, selon les documents consultés par le quotidien. Selon le Financial Times, le prix du vaccin Pfizer passerait de 15,50 euros à 19,50 euros et celui de Moderna de 19 euros à 21,50 euros.

Lire nos informations à ce sujet : Vaccination : face aux variants, les laboratoires cherchent la parade

Le Monde avec AFP et Reuters

Leave a Reply