Vaccination : les délais explosent pour décrocher un rendez-vous en Bretagne – Le Télégramme

Vaccination obligatoire des soignantsrenforcement du pass sanitaire, notamment pour les ados… Ce lundi soir, l’intervention télévisée du président de la République, suivie par 22 millions de téléspectateurs, a généré une ruée vers les créneaux de rendez-vous disponibles dans les centres de vaccination.

Sur la seule journée de lundi, 926 000 réservations ont été enregistrées en France, dont 33 000 en Bretagne, par la principale plateforme, Doctolib. Le record régional de 22 000, datant du 12 mai, a été explosé.

Résultat, les délais pour bénéficier d’une injection ont fortement augmenté dans la région. Toujours selon Doctolib, entre dimanche et lundi, ils sont passés de 12,5 à 17,7 jours entre la prise de rendez-vous et le rendez-vous lui-même. Un chiffre bien supérieur au délai moyen en France, qui a grimpé de 7,9 à 11,2 jours.

Plus aucun rendez-vous dans certains centres

En regardant les centres bretons dans le détail, on découvre que beaucoup ne proposaient plus aucun créneau ce lundi… Le site Internet Je Veux Mon Vaccin référençait seulement deux à trois vaccinodromes par département offrant des rendez-vous pour fin juillet, voire début août. À l’Arena de Brest, quasi-mission impossible pour en décrocher un : « Et pourtant, la semaine dernière, les réservations pouvaient se faire du jour pour le lendemain », note Gildas Roué, coordinateur du centre. « On reçoit entre 9 500 et 11 000 doses par semaine, on ne peut pas faire plus, on est à fond », assure-t-il.

Des rendez-vous restaient néanmoins disponibles en Bretagne : lundi, Doctolib en recensait 1 998 sous trois jours, 3 491 sous sept jours et 5 503 sous quatorze jours.

Les pharmacies prises d’assaut

Du côté des pharmacies bretonnes qui proposent la vaccination, même difficulté pour réserver un créneau. « Dès la première heure, on a reçu une trentaine de coups de téléphone de personnes qui nous appelaient dans un rayon de 50 à 60 km car nous sommes bien visibles sur Doctolib », explique Jean-Jacques Le Bian, pharmacien à Guipavas (29). Pas de rendez-vous dispo non plus dans son officine pour l’instant, mais « peut-être la semaine prochaine, puisque nous allons récupérer neuf flacons de Moderna », précise le coprésident du Syndicat des pharmaciens du Finistère, qui a constaté « le comportement parfois un peu rude de patients qui viennent de prendre conscience que s’il n’y a pas de vaccin, bientôt il n’y aura plus grand-chose… ».

La Bretagne reste actuellement la région la plus vaccinée, avec 59,4 % des habitants ayant reçu au moins une dose. Mais si l’on s’en tient aux personnes complètement vaccinées, elle n’est « que » quatrième, avec 41,6 % de la population concernée. Avant les annonces d’Emmanuel Macron, Santé publique France notait que la vaccination en Bretagne gardait « une dynamique importante », sans le fléchissement observé dans d’autres régions.

Soutenez une rédaction professionnelle au service de la Bretagne et des Bretons : abonnez-vous à partir de 1 € par mois.
Je m’abonne

Leave a Reply