Vaccination des enfants contre le Covid-19 : où en est-on dans le monde ? – Edition du soir Ouest-France – 17/ – Ouest-France

Spread the love

Par Léo ROUSSEL

En France, la campagne de vaccination contre le Covid-19 n’est pas encore pleinement lancée pour les 18-49 ans et celle des enfants n’est pour l’instant pas à l’ordre du jour. Aux États-Unis, l’injection du vaccin Pfizer/BioNTech est autorisée dès 12 ans. Voici où en sont les autres pays.

En France, la vaccination est ouverte aux adultes de plus de 50 ans, et aux 18-49 ans sous certaines conditions ou sous réserve de trouver un créneau resté disponible pour le jour même ou le lendemain. La vaccination pour les moins de 18 ans n’est pas encore à l’ordre du jour. Pourtant, la question commence à se poser. Faut-il vacciner les moins de 18 ans face à la pandémie de Covid-19 ? Dans quel pays vaccine-t-on déjà les enfants ?

Voici ce que l’on sait, pour l’heure, sur la vaccination des mineurs.

Qui a commencé à vacciner les enfants contre le Covid-19 ?

Depuis la semaine passée, tous les Américains âgés de 12 ans ou plus peuvent aller se faire vacciner. Le président Joe Biden souhaite en effet relancer une campagne de vaccination qui semblait avoir du plomb dans l’aile.

L’agence américaine des médicaments avait donné au préalable son autorisation pour le vaccin Pfizer/BioNTech, le 10 mai, après avoir réalisé des essais cliniques dès octobre 2020 sur plus de 2 000 jeunes de 12 à 15 ans. Les résultats avaient montré une efficacité du vaccin de 100 %.

Au Canada, le ministère de la Santé a lui aussi annoncé qu’il autorisait l’injection aux plus de 12 ans.

En Israël, le premier ministre Benjamin Netanyahu a également expliqué fin avril qu’il était « prêt » à ouvrir la vaccination aux enfants.

Aux États-Unis, la vaccination est ouverte aux enfants à partir de 12 ans. (Photo : Étienne Laurent / EPA)

En Europe, où en sommes-nous ?

En Europe, l’injection du vaccin Pfizer/BioNTech est d’ores et déjà autorisée aux plus de 16 ans. L’Agence européenne du médicament pourrait donc, à la suite des résultats convaincants des études américaines, revoir l’autorisation du vaccin et élargir son accès, au moins pour les 12-15 ans.

En France, les spécialistes semblent encourager la vaccination des enfants. Le ministre de la Santé a affirmé, début mai, au micro d’Europe 1, que le sujet était « sur la table », après avoir une semaine plus tôt dit qu’il n’était « pas d’actualité ».

Rémi Salomon, président de la commission médicale de l’AP-HP, invité sur RMC et BFMTV jeudi 13 mai, penche, lui, en faveur d’une vaccination « altruiste » : vacciner les enfants pour protéger les plus âgés.

Daniel Camus, infectiologue à l’Institut Pasteur, estime que la vaccination des enfants sera inévitable, dans le but d’atteindre une « immunité de groupe », comme il nous l’avait expliqué par téléphone le 6 mai.

L’Allemagne a quant à elle affirmé sa volonté d’ouvrir la vaccination à tous les adolescents de plus de 12 ans d’ici la fin du mois d’août, sous réserve de l’autorisation de l’Agence européenne du médicament.

Quels vaccins anti-Covid pour les mineurs ?

Le vaccin Pfizer/BioNTech est aujourd’hui injecté à des mineurs 12 à 18 ans aux États-Unis et au Canada, et il est pour l’instant le seul. Pour les plus jeunes, une autre étude est en cours par les deux laboratoires, sur des enfants de 5 à 11 ans. Selon CNN et le New York Times, Pfizer devrait même demander l’autorisation du vaccin pour les 2 à 11 ans à partir de septembre.

Moderna a annoncé en mars le lancement d’une étude clinique sur 6 750 enfants âgés de 6 mois à 11 ans, menant en parallèle des essais auprès des 12-17 ans. Pour ce qui est des laboratoires AstraZeneca et Johnson & Jonhson, ils ont eux aussi lancé leurs tests, mais ont été ralentis par les cas de thromboses découverts chez des adultes. Début avril, AstraZeneca a annoncé la suspension des essais.

Alors à quand la vaccination contre le Covid-19 pour les enfants en France ?

L’Agence européenne du médicament devra d’abord annoncer que le vaccin Pfizer/BioNTech peut être utilisé chez les moins de 16 ans, puis le gouvernement français devrait agir en fonction de l’avancée de la campagne de vaccination actuelle.

Pour l’heure, l’Organisation mondiale de la Santé a, elle, appelé à ne pas vacciner les enfants, pour pouvoir donner davantage de doses aux pays pauvres. Son directeur général dénonce notamment un nationalisme vaccinal.

Leave a Reply