Vaccin contre le Covid-19 : la Haute Autorité de santé préconise une troisième dose dès 40 ans – Le Monde

Spread the love

Alors que l’épidémie de Covid-19 gagne à nouveau du terrain en France, la Haute Autorité de santé (HAS) a recommandé, vendredi 19 novembre, d’élargir le périmètre des populations éligibles à une dose de rappel de vaccin, en la proposant dès 40 ans, six mois après une primovaccination complète.

Les dernières études suggèrent en effet un bénéfice pour cette tranche d’âge, explique la HAS dans un communiqué, constatant que « la circulation actuelle du SARS-CoV-2 s’est à nouveau accélérée sur le territoire métropolitain depuis plusieurs semaines ».

Lire le décryptage : Troisième dose de vaccin : nos réponses à vos questions

Seules les personnes âgées de plus de 65 ans et les personnes à risques de forme grave du Covid-19 étaient jusqu’ici éligibles à une dose de rappel. Dans une allocution de près d’une demi-heure, Emmanuel Macron avait annoncé, le 9 novembre, que cette dose supplémentaire de vaccin serait nécessaire au prolongement du passe sanitaire des plus de 65 ans, et qu’une campagne de rappel commencerait, au début de décembre, à destination des plus de 50 ans. La HAS va donc plus loin, recommandant ce rappel dès 40 ans.

Le ministre de la santé, Olivier Véran, a réaffirmé l’ouverture, « dès début décembre », de la vaccination aux seuls plus de 50 ans « comme annoncé par le président de la République ». « L’élargissement du rappel aux moins de 50 ans sera étudié prochainement », a-t-il ajouté.

Bientôt un rappel pour tous, « c’est le sens de l’histoire »

Plus tôt dans la journée, interrogé en marge d’un déplacement dans le Nord sur la généralisation de cette dose de rappel, le chef de l’Etat a répondu que l’exécutif attendait l’avis des autorités sanitaires pour pouvoir, « éclairé par la science », « organiser les choses de la manière la plus rapide, la plus efficace possible ». « On s’aperçoit qu’environ après six mois, le vaccin perd en efficacité et donc il faut à ce moment-là faire ce rappel comme on le fait chaque année pour la grippe », a affirmé M. Macron.

« Je crois qu’on est tous à peu près éclairés pour dire que, pour les plus de 50 ans, c’est à peu près sûr qu’on en a besoin. Entre 40 et 50 ans, c’est la Haute Autorité de santé qui va nous le dire », a-t-il ajouté. Mais « je ne serais pas étonné qu’on aille progressivement vers des rappels vaccinaux pour tous les adultes qui ont été vaccinés, c’est le sens de l’histoire », a-t-il toutefois estimé.

La Haute Autorité de santé, qui a déjà émis plusieurs avis concernant les adultes de plus de 50 ans ou les soignants, explique sa nouvelle recommandation par plusieurs données qui « confortent le bénéfice d’un rappel ». Elle s’appuie notamment sur l’exemple d’Israël, où cette dose « confère d’excellents niveaux de protection contre l’infection par SARS-CoV-2, y compris chez les personnes âgées de moins de 60 ans ».

Lire l’entretien : Article réservé à nos abonnés « L’hiver s’annonce comme une période difficile mais nous savons comment freiner le virus »

Remontée des contaminations en France

« Les données issues d’une étude observationnelle israélienne de grande envergure publiées dans [la revue scientifique] The Lancet apportent de solides arguments en faveur d’une dose de rappel chez les personnes âgées de 40 ans et plus », poursuit la HAS. On observe en effet « une diminution du risque de survenue d’infections, de formes sévères, d’hospitalisations et de décès chez les personnes de 40 ans et plus ayant bénéficié d’une dose de rappel, comparativement à celles qui n’en ont pas bénéficié ».

La France, comme le reste de l’Europe, fait face à une remontée des cas de contaminations au coronavirus. Vendredi, 1 353 patients étaient hospitalisés en soins critiques en raison du Covid-19, un chiffre en hausse de 19 par rapport à jeudi. Par ailleurs, près de 11 500 nouveaux cas positifs, en moyenne, sont enregistrés chaque jour.

Les autorités sanitaires américaines ont de leur côté annoncé vendredi avoir donné leur feu vert à une troisième dose de vaccin contre le Covid-19 à destination de tous les adultes entièrement vaccinés il y a au moins six mois.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Les Français plus circonspects qu’antivaccin

Le Monde avec AFP et Reuters

Leave a Reply