USA : Google et Facebook bientôt forcés de payer les médias pour utiliser leurs contenus ?

Spread the love

C’est une proposition de loi qui n’est probablement pas du goût de Facebook et Google. Un nouveau texte qui réunit des parlementaires démocrates et républicains pourrait être prochainement introduit devant le Congrès américain. Il prévoit de laisser les entreprises de presse négocier collectivement avec les géants de la Tech dans le but d’obtenir une rétribution pour la distribution de leurs contenus.

Parmi les législateurs à la manœuvre, on retrouve David Cicilline et Amy Klobuchar, deux démocrates très engagés sur ces dossiers de régulation des GAFA. De manière bien surprenante, ce projet a aussi obtenu le soutien de Mitch McConnell, le très influent leader des républicains au Sénat, ce qui augmente ses chances de réussite. Il faudra toutefois s’armer d’un peu de patience pour voir si cette initiative va plus loin.

Le précédent australien est dans toutes les têtes

Contactés par le média américain The Hill, Facebook et Google n’ont pas souhaité réagir. Tous deux sont déjà engagés dans un combat important sur le même sujet en Australie. Un projet de loi qui devrait être prochainement adopté entend en effet les forcer à rémunérer les médias en échange de l’utilisation de leurs contenus.

Ce texte est fermement combattu par Google qui a même menacé de retirer son moteur de recherche du pays. Cette menace est prise très au sérieux par les autorités qui ont entamé des discussions avec Microsoft, pour voir si Bing pourrait servir d’alternative.

De son côté, Facebook est allé encore plus loin en décidant de bloquer le partage d’articles en Australie. Très contestée, cette mesure a eu des conséquences fâcheuses et a généré de nombreux bugs. Ainsi, plusieurs services d’information se sont plaints d’être affectés par ces blocages, tout comme des pages d’alertes sur les feux de brousses, les cyclones et la pandémie de covid-19. Le gouvernement australien a quant à lui confirmé qu’il avait l’intention de faire voter ce texte et de l’appliquer.

Si la proposition de loi américaine se concrétisait, reste à savoir quelles seraient les réactions de Google et Facebook et si elle se permettraient d’adopter la même attitude qu’en Australie.

4.4 / 5

96,1 M avis

Leave a Reply