Universités : la vaccination, condition sine qua non d’une rentrée en présentiel – Europe 1

Spread the love

Alors que les vacances viennent de commencer, l’heure est déjà à la préparation de la rentrée universitaire. Et ce après une année particulière marquée par les cours à distance en raison de l’épidémie de coronavirus, les problèmes économiques et psychologiques de nombreux étudiants, mais aussi la menace d’une quatrième vague déjà envisagée. La ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, s’est exprimée vendredi sur les conditions de ce retour sur les campus. 

“La vaccination nous permettra de maintenir le présentiel”

À ce stade, le scénario d’une rentrée en présentiel est privilégié, tant par le ministère que par la conférence des présidents d’université. Mais Frédérique Vidal a été très claire : il faut absolument que les étudiants soient vaccinés. “Si, à la rentrée, nous voyons que l’épidémie repart, le fait qu’ils soient vaccinés nous permettra de maintenir le 100% présentiel dans les établissements”, a-t-elle indiqué. “S’ils ne le sont pas suffisamment, à ce moment-là nous prendrons les mesures nécessaires.”

“Pas une menace”, certifie la ministre, “juste la réalité”. Selon les études de Santé Publique France, 71% des étudiants âgés de 18 à 24 ans ont commencé leur processus vaccinal ou font part de leur intention de se faire vacciner. “Il faudrait que ce soit du 100 %”, répond Frédérique Vidal. Et surtout que cette vaccination soit finalisée avant la reprise pour éviter des contaminations à grande échelle. Des barnums seront néanmoins installés un peu partout à la rentrée pour permettre aux étudiants de terminer leur vaccination.

“On veut que nos étudiants puissent revenir”

En attendant, face à la progression du variant delta, les scénarios de passage en demi-jauge seront aussi conservés. “On a travaillé beaucoup, avec tous les services pour, si d’aventure il fallait le faire, pouvoir basculer certains enseignements à distance”, confirme à Europe 1 Marie-Céline Daniel, vice-présidente de la commission formation et vie universitaire à la Sorbonne université. “Mais encore une fois, on veut que nos étudiants puissent revenir. On a bien envie de retrouver la fourmilière de la rentrée, avec plein d’étudiants un peu perdus qui cherchent leur salle. C’est une vision qui nous a manquée.”

Et du point de vue pédagogique, l’idée n’est pas de refaire une rentrée comme il y a trois ans, mais de mieux accompagner les étudiants. Partout où ça sera possible, les néo-bacheliers auront des journées de pré-rentrée. Le tutorat va également être systématisé. Et les universités veulent miser sur le travail en petit groupe et le travail personnel de l’étudiant pour ne plus lui asséner des heures de cours magistral. 

Leave a Reply